Publié le 03/04/2019

Le pin des Alpes, ce roi de la montagne

C’est sous un épais manteau neigeux, au cœur de la région suisse de l’Engadine, que se trouve l’In Lain Hôtel Cadonau, une charmante propriété en bois, à l’héritage familial resté intact.

Le pin des Alpes, ce roi de la montagne

C’est sous un épais manteau neigeux, au cœur de la région suisse de l’Engadine, que se trouve l’In Lain Hôtel Cadonau, une charmante propriété en bois, à l’héritage familial resté intact.

Les senteurs du pin des Alpes m’accueillent dès que je franchis la porte de cette bâtisse de pur style Engadin : un arôme boisé qui contraste avec la brise hivernale soufflant dehors. Un feu de bois crépite tout au fond : la bande-son parfaite pour mon immersion de trois jours au milieu des trésors naturels dissimulés dans les denses forêts de pins helvètes. Depuis des siècles, les habitants des Grisons exploitent le pin des Alpes. Surtout utilisé en construction et en ameublement, ce pin abondant « cinq aiguilles » est apprécié pour ses essences apaisantes et qui favorisent la vitalité. « In Lain » signifie « fabriqué en bois » en dialecte romanche. Chaque recoin de cette accueillante propriété Relais & Châteaux de 14 chambres est un vibrant hommage au pin des Alpes et à ses bienfaits sur le bien-être.

L’utilisation du bois local était un choix naturel pour Dario et Tamara Cadonau, maîtres de maison de l’In Lain. Dario est issu d’une famille de charpentiers, et son frère Marco tient la menuiserie familiale (créée il y a 40 ans) où ont été fabriqués tous les meubles de l’hôtel. « Nos ancêtres ont vécu dans le bâtiment principal pendant plus de 450 ans, c’est pourquoi notre hôtel est si ancré dans notre histoire familiale, d’hier et d’aujourd’hui », m’explique Dario autour d’un verre de bienvenue, dégusté dans le restaurant lambrissé La Stüvetta, pièce centrale de ce qui était autrefois l’auberge de ses grands-parents. « Lorsque nous avons ouvert l’In Lain en 2010, il était évident que le travail de mon frère devait y être mis en valeur, dans le plus grand respect de l’histoire des lieux. » Le mobilier d’origine – chaises de chalet avec cœur découpé dans le dossier, tables en bois massif et horloges de parquet – a été restauré avec amour par Mario, qui y a ajouté des notes contemporaines avec des tissus en lin aux coloris neutres. L’In Lain marie harmonieusement menuiseries traditionnelles et agencement moderne, comme le prouve la nouvelle extension (où se trouve ma chambre). Ma spacieuse suite junior regorge de détails décoratifs très design : chaises longues en cuir, buffets aux lignes épurées et baies vitrées qui offrent une vue imprenable sur la forêt environnante.

À l’In Lain, la journée débute de la plus relaxante des façons. Après une nuit reposante dans mon lit en pin des Alpes, un détour par le sauna en extérieur s’impose. Vient ensuite l’heure d’un petit-déjeuner typique, composé de fromages de montagne artisanaux provenant de la fromagerie de l’hôtel, d’un généreux Birchermüslis aux fruits rouges, de brioche fraîchement sortie du four ou encore de plats à base d’œufs préparés sur un poêle à bois. Dehors, le soleil s’élève doucement au-dessus des montagnes enneigées, faisant scintiller la neige par sa douce lumière matinale. L’In Lain est niché dans un paysage suisse de carte postale, avec ses villages pittoresques, ses ponts ferroviaires en arc et ses centaines de pistes de ski et autres sentiers de randonnée, où je passe mes après-midis, m’aiguisant l’appétit dans la perspective du dîner. Au Vivanda, le restaurant étoilé de l’hôtel, à chaque jour son menu dégustation ! Un ingrédient reste cependant incontournable dans la cuisine du chef Dario Cadonau : le pin des Alpes, qui parfume tous les plats – des cocktails à base de Prosecco jusqu’aux beurres crémeux – et ajoute à mon expérience gastronomique une indéniable identité « In Lain ». « J’essaie constamment d’intégrer la nature alpine dans ma cuisine », déclare le chef, venu à ma table après m’avoir laissé déguster mon entrée, un savoureux bouillon de foin. « Cette philosophie se retrouve dans toutes nos actions au quotidien. »

Commencer le repas en beauté avec un amuse-bouche à base de betteraves
Œuvres d'art comestibles au restaurant étoilé Vivanda
Articles connexes dans notre magazine
Raconter 150 ans d’Histoire| de la cuisine française au Japon
Raconter 150 ans d’Histoire
de la cuisine française au Japon
Cliquez ici pour lire
Vignes et volcans à l’hôtel|andbeyond Vira Vira
Vignes et volcans à l’hôtel
andbeyond Vira Vira
Cliquez ici pour lire