Publié le 12/06/2023

La formule magique pour bien vivre

Il est dans le monde des lieux où l’on vit manifestement plus vieux qu’ailleurs. Les scientifiques ont cherché à comprendre pourquoi, en essayant de déterminer le rôle des facteurs génétiques, biomédicaux, nutritionnels ou de style de vie. Que faut-il faire pour vivre vieux et en bonne santé ?

La formule magique pour bien vivre

Photo Florent Tanet - Set Design Ella Perdereau

Il est dans le monde des lieux où l’on vit manifestement plus vieux qu’ailleurs. Les scientifiques ont cherché à comprendre pourquoi, en essayant de déterminer le rôle des facteurs génétiques, biomédicaux, nutritionnels ou de style de vie. Que faut-il faire pour vivre vieux et en bonne santé ?

La science moderne à la recherche du secret de la longévité est le dernier chapitre d’une histoire qui remonte aux civilisations anciennes dont les magiciens et les alchimistes cherchaient déjà des remèdes pour prolonger la vie, des élixirs de jeunesse, la formule magique de l’immortalité elle-même. Aujourd’hui, forts des données scientifiques recueillies au fil des décennies, les chercheurs partagent leurs connaissances, émettent des hypothèses, démystifient les mythes et les idées reçues. Leur objectif : déterminer exactement comment vivre plus longtemps et en meilleure santé. 

Lorsqu’en 1999 un médecin sarde, Gianni Pes, attire l’attention sur la durée de vie exceptionnelle des habitants de son île, les spécialistes témoins de sa présentation veulent des preuves. En particulier, le démographe belge Michel Poulain qui part sur le terrain avec le chercheur italien. Ensemble, ils corroborent les statistiques. Michel Poulain entoure alors au marqueur bleu, les zones de la carte de la Sardaigne où l’espérance de vie est la plus élevée : le concept de Longevity Blue Zone est né. Leur étude permet d’identifier les facteurs censés contribuer à cette longévité exceptionnelle : il s’agit d’une population plutôt homogène possédant les mêmes caractéristiques génétiques et vivant pour la plupart toute leur vie dans le même environnement physique et humain. D’autres Blue Zones sont identifiées : Okinawa, au Japon, la communauté des adventistes de Loma Linda en Californie, puis au Costa Rica sur la presqu’île de Nicoya, et en Grèce sur l’île d’Ikaria. 

Ce qui intéresse les chercheurs, c’est de mettre en évidence, outre les différences géographiques et culturelles, les facteurs communs entre ces populations. Leurs travaux ont ainsi révélé une sorte de formule magique pour une vie longue et heureuse. La majorité des populations des Blue zones vit en altitude, ce qui induit une activité physique quasi quotidienne. Elles ont tendance à vivre à l’écart de l’agitation commerciale de la vie moderne et perpétuent un style de vie traditionnel. On travaille longtemps dans ces zones et du côté de l’alimentation, c’est plus potager que supermarché. Les liens familiaux et la solidarité au sein de la communauté y sont également très forts. 

À partir de 2005, le concept des Blue Zones est devenu très populaire auprès du public, lorsque l’écrivain américain Dan Buettner publie un article sur le sujet dans le National Geographic. Dans un contexte de frénésie médiatique, les scientifiques s’intéressent à d’autres régions et recoupent leurs données avec celles des Blue Zones. Au fur et à mesure des années, la durée de vie s’allongeant, la taille de la population très âgée augmente, permettant d’affiner considérablement les recherches et d’en tirer des conclusions de plus en plus précises.

Jean-Marie Robine, spécialiste en médecine gériatrique, est l’un de ces démographes. Il a suivi de près la doyenne de l’humanité Jeanne Calmant et validé son âge : 122 ans (elle est décédée en 1997). Aujourd’hui, sans renier le travail de Poulain et Pes, il modère certains aspects de leurs recherches : « Partout dans ces zones, la proportion des femmes centenaire n’a rien d’extraordinaire, indique-t-il. Ce qu’il l’est, c’est l’incroyable longévité des hommes. Pourquoi ? Ce sont des sociétés ancestrales où l’homme est roi. Ce sont eux qui font pencher la balance du bon côté. On le sait, les femmes vivent plus longtemps, elles font monter les scores et inversement les hommes les font baisser. Dans ces zones les hommes sont au grand air, gardent les troupeaux, chassent et les femmes font tout le reste ! C’est un style de vie qui les ménage et qui explique qu’ils rattrapent les femmes sur le terrain de l’espérance de vie et donc font grimper les moyennes ».

Même combat de la part du chercheur contre le mythe d’une frugalité heureuse à l’abri du monde moderne. L’éducation, l’accès aux services de santé gratuits étant selon lui, sans nul doute, des facteurs favorisant la longévité. « Depuis 1946, en France, la longévité s’élève de façon régulière en moyenne de deux mois par an. Cela s’explique par les efforts de reconstruction de l’après-guerre, la croissance économique, le développement des systèmes de santé et d’éducation, précise le démographe. Depuis l’après-guerre, le nombre des centenaires double tous les dix ans. Aujourd’hui, ils sont environ 30 000 en France ». Une nouvelle version de la formule magique pour une longue espérance de vie serait un pays développé, avec un accès si possible gratuit aux services de santé et à l’éducation. Ce serait un pays situé sur le versant ensoleillé des zones tempérées avec un climat propice à des cultures vivrières variées, au sein d’une communauté soudée. Au-delà de cette formule, les entrepreneurs de la Silicon Valley promettent de « cracker le code » du vieillissement par le biais de la biotechnologie, la reprogrammation des cellules, mais aussi grâce à la médecine régénérative ou encore le génie génétique qui permettraient de reculer l’âge humain à des limites encore jamais atteintes. Ces travaux sont en cours. En attendant l’immortalité, peut-être suffit-il de s’émerveiller d’un magnifique lever du soleil, de profiter d’une randonnée en montagne pour respirer l’air frais ou encore de savourer les produits de son potager.

 

Dans chacun de ces territoires, ou du moins à proximité, se trouve une propriété Relais & Châteaux, au cœur d’un environnement naturel qu’elle s’efforce de préserver. Dans ces endroits, les habitants chaleureux coexistent avec le personnel de l’hôtel, les producteurs et les clients, dans un véritable esprit de communauté.

 

PETRA SEGRETA RESORT & SPA,  San Pantaleo, Sardaigne, Italie

La Sardaigne, l’île qui a initié la quête de Gianni Pes pour percer les mystères de la longévité. Au cœur d’une végétation parfumée à flanc de colline, le Petra Segreta ramène à la rusticité d’un style de vie naturel et bienfaisant. Situé en dehors des sentiers battus, on y profite d’un séjour calme et serein… pour se faire un peu oublier. 

 

MYCONIAN COLLECTION, Mykonos, Grèce

Mykonos est une île voisine d’Ikaria, l’un des lieux en Europe où l’on vit le plus vieux et où on reste en bonne santé le plus longtemps. Découvrez trois propriétés offrant trois styles de vie différents, avec de magnifiques panoramas bleus partout où l’on regarde.

 

THE UZA TERRACE BEACH CLUB VILLAS, Okinawa, Japon

L’endroit parfait pour se ressourcer, faire du sport, prendre soin de soi et se régaler de produits locaux issus de l’environnement naturel préservé de l’île.

 

RANCHO VALENCIA RESORT & SPA, Rancho Santa Fe, Californie, États-Unis

Bienvenue en Californie, et sa vie tout en décontraction. On y cultive un mode de vie engagé et conscient de son environnement — qu’il soit naturel ou culturel — et ce, sous un climat toujours ensoleillé. 

 

NAYARA SPRINGS, La Fortuna de San Carlos, Costa Rica

C’est l’endroit idéal pour renouer le contact avec une nature luxuriante. Dans ce cadre verdoyant, place à la vitalité, à l’éveil des sens et à l’harmonie avec le monde.  


 

Articles connexes dans notre magazine
Vers une immersion totale
Vers une immersion totale
Cliquez ici pour lire
Villas by Relais & Châteaux : |un nouvel art de voyager
Villas by Relais & Châteaux :
un nouvel art de voyager
Cliquez ici pour lire