Conte de fée milanais
au Château Monfort

Milan capitale de la mode et de l’économie, plus connue pour le travail que pour le plaisir, mais quelle que soit la raison pour laquelle vous y venez, à Château Monfort vous passerez à travers le miroir et découvrirez un univers féérique où l’architecture Art Nouveau règne en maître.

Conte de fée milanais|au Château Monfort

Milan capitale de la mode et de l’économie, plus connue pour le travail que pour le plaisir, mais quelle que soit la raison pour laquelle vous y venez, à Château Monfort vous passerez à travers le miroir et découvrirez un univers féérique où l’architecture Art Nouveau règne en maître.


Je suis arrivée à Château Monfort le jour même où le Prince Harry épousait Meghan Markle au château de Windsor. En arrivant à Milan en voiture, j’étais justement en train de lire des articles sur la robe de Meghan et son attitude résolument féministe lors de son entrée non accompagnée dans la chapelle Saint-George.


Je pensais à ce que cela pouvait signifier d’être une princesse moderne, forte et indépendante lorsque nous sommes arrivés Piazza Tricolore où nous attendait le voiturier. Pour tout dire, quand je suis entrée dans le hall de Château Monfort c’est comme si j’étais plongée dans mon propre conte de fée. L’architecte milanais Paolo Mezzanotte, qui a aussi construit le siège historique de la bourse de Milan, a conçu cette résidence au début du 20e siècle. Cent ans plus tard elle reste l’un des hôtels de luxe les plus discrets de la ville.  

Je pensais à ce que cela pouvait signifier d’être une princesse moderne, forte et indépendante lorsque nous sommes arrivés Piazza Tricolore où nous attendait le voiturier. Pour tout dire, quand je suis entrée dans le hall de Château Monfort c’est comme si j’étais plongée dans mon propre conte de fée. L’architecte milanais Paolo Mezzanotte, qui a aussi construit le siège historique de la bourse de Milan, a conçu cette résidence au début du 20e siècle. Cent ans plus tard elle reste l’un des hôtels de luxe les plus discrets de la ville.  

Le décor est délicat et charmant, féminin mais pas clinquant. Les motifs floraux foisonnent depuis les assiettes de porcelaine dans la salle à manger, jusqu’aux détails fantaisistes sur le miroir en pied de ma chambre. Les 77 chambres et suites sont si confortables que je me verrais bien jouer les Belles au bois dormant, allongée toute la journée dans l’attente du baiser du prince charmant. Cinq suites incomparables et cinq autres suites juniors puisent leur inspiration dans de célèbres œuvres de musique comme le ballet Cendrillon de Prokofiev et des opéras comme La Traviata de Verdi et Turandot de Puccini.

Ma chambre Deluxe « Del Viaggiatore » rend hommage à la Belle Époque, avec ses anciennes malles de voyage transformées en bureau, évoquant l’excitation des voyages au long cours. Les parquets et les tonalités apaisantes de vert et de gris apportent à la chambre une atmosphère claire et cosy. J’ai surtout beaucoup aimé les collations et boissons mises à disposition gracieusement dans le minibar, notamment les truffes au chocolat de chez Eataly et les demi-bouteilles de Chianti Classico et de vin du Haut Adige.


Mais pas d’excès ! Je ne voulais pas gâcher mon dîner au restaurant Rubacuori situé au rez-de-chaussée. Tout de suite après le dôme de verre et le salon-bar où trône un quart-de-queue tout blanc, s’ouvre un espace de pastels somptueux et de chaises aux dossiers en forme de cœur. Le maître d’hôtel m’a entendue évoquer un voyage en Italie au cours duquel j’avais eu le plaisir de visiter Mazzorbo et Burano dans la lagune de Venise et de goûter un Venissa, vin élaboré à partir du clos d’un monastère du Moyen-Âge. Il a comme par magie déniché une bouteille de 2011– une aubaine qui ne figure même pas sur la carte des vins du restaurant – pour que mon ami puisse savourer le cépage Dorona di Venezia. On en produit à peine 4000 bouteilles par an. La délicate attention de l’équipe du Rubacuori d’en ouvrir une bouteille pour nous m’a beaucoup touchée. La salinité de ce délicieux vin couleur or, ses notes de fruits à noyaux et son corps velouteux en ont fait un remarquable compagnon des œufs pochés aux asperges sur une polenta grillée avec du caviar du lac de Côme.

Articles connexes dans notre magazine
À la rencontre des éléphants:|histoire d’amour à Jabulani
À la rencontre des éléphants: histoire d’amour à Jabulani
Cliquez ici pour lire
Balade écossaise|dans un château enchanté
Balade écossaise
dans un château enchanté
Cliquez ici pour lire