À 35 kilomètres de Reims,
au Château de Courcelles

C’est une maison qui a une âme. L’âme de la famille qui s’en occupe depuis trente ans.

À 35 kilomètres de Reims, |au Château de Courcelles

© Alain Lantreibecq

C’est une maison qui a une âme. L’âme de la famille qui s’en occupe depuis trente ans.

La rencontre commence à quelques mètres sous terre, dans l’une des deux caves du domaine comptant plus de 700 références de vins. Le domaine a une cave dédiée aux vins, et une autre aux champagnes. Dans cette dernière sont stockées plus de 150 références, parmi lesquelles celles de petits producteurs. Nos papilles ont d’ailleurs un coup de foudre pour le premier cru L’Hommée de Roger Coulon, dégusté dans l’un des salons du château. « Mon père est un grand amateur de vins », nous confie tout sourire Morgane Anthonioz, 26 ans. Elle est à la tête de cette affaire familiale, achetée par Bernard Anthonioz, son père, à la fin des années 1980 et qu’elle dirige depuis bientôt trois ans avec une équipe de 35 personnes. « Après des études en Suisse et quelques expériences dans l’hôtellerie en Angleterre, aux États-Unis et en Espagne, je pensais que je n’allais pas rester longtemps au château. Et puis, j’y ai pris goût ! » nous confie-t-elle.

Le Château de Courcelles est un bâtiment du XVIIe siècle entouré d’un domaine de 23 hectares, à Courcelles-sur-Vesle, en Picardie. Autrement dit, à 45 minutes de l’aéroport parisien Roissy-CDG et à 1 h 15 de la capitale. Couru au XVIIIe siècle par les écrivains et philosophes, de Jean-Jacques Rousseau à Alexandre Dumas, et par les mondains au XXe – Christian Dior, Jean Cocteau, le château a gardé son beau mobilier et de ses étoffes anciennes et préservé à travers ses diverses rénovations l'élégance que lui confère ce lieu emblématique.  

Le long du canal, chaque saison a son charme. © Alain Lantreibecq
Piscine de l’hôtel © Château de Courcelles
Vivre la vie de château en chambre Prestige. © Alain Lantreibecq


La passion en cuisine

Le restaurant mérite un chapitre à part avec, à sa tête, le chef Lucas Vannier (30 ans), ancien de l’Auberge des Templiers et de La Côte Saint-Jacques. « J’adore faire découvrir le gibier, même si on a toujours tendance à dire que c’est très fort. Tout dépend de comment on le cuisine », explique celui qui aime les produits de saison et de terroir. Il est clair que le chef a une affection toute particulière pour la viande, « parce qu’il est chasseur », nous confie Morgane. « En automne et en hiver, par exemple, on propose un menu “chasse” en cinq services*, de l’amuse-bouche jusqu’au plat de viande ! » Quand Lucas Vannier travaille les légumes, son obsession se porte sur leurs goûts. Il nous révèle ses découvertes pendant les « immersions en cuisine », des matinées passées aux côtés de la brigade, dans les coulisses du restaurant.
 

Le chef Lucas Vannier © Alain Lantreibecq
Au restaurant gastronomique, les plats de la carte sont élaborés avec des produits frais du terroir et jouent sans cesse sur la délicatesse des textures. © Château de Courcelles
Salle à manger © Hervé Mouyal – Bibliothèque © PSchaff


2020-2021 : les réalisations

Côté projets pour les deux prochaines années, un bistrot ouvrira à Braine, petit village à proximité, afin de proposer une alternative au restaurant gastronomique. Également, l’hôtel passera de 18 à 20 chambres avec la construction de deux nouvelles suites. Une « énorme salle de séminaire plutôt moderne et, à côté, un caveau de dégustation » est prévue, nous informe Morgane Anthonioz. Le Château de Courcelles, qui fait partie de l’association Relais & Châteaux depuis plus de vingt-cinq ans, peut déjà être privatisé, notamment pour les mariages ou les séminaires.

Et avant de passer à table, une balade en vélo nous est conseillée à travers le parc et la forêt. Au retour, notre petite coupe de Roger Coulon nous attend. Comme à la maison ? Hors de question. Beaucoup mieux !
 

Allée menant au château, bordée de jardins à la française © Alain Lantreibecq  – Fresque peinte dans les escaliers © Château de Courcelles
Cour d’honneur © Alain Lantreibecq

 

* Menu « chasse » : À travers ce menu saisonnier, vous découvrirez la subtilité du gibier associé aux saveurs de l’automne. Servi tous les jours pour le déjeuner ou le dîner jusqu'au vendredi 20 décembre 2019.

Texte: © Abraham de Amezaga

 

INFORMATIONS

 
Articles connexes dans notre magazine
Une oasis dans le désert de Thar
Une oasis dans le
désert de Thar
Cliquez ici pour lire
Une vie à l'œuvre pour la protection|​​des espèces en Afrique
Une vie à l'œuvre pour la protection
des espèces en Afrique
Cliquez ici pour lire