Patricia Ricard :
l’océan comme horizon permanent

Cela fait plus de trente ans que Patricia Ricard, infatigable militante de la protection de l’environnement relève les défis les uns après les autres avec l’Institut océanographique Paul Ricard, mais aussi avec plus de 70 autres acteurs regroupés sur la plateforme collaborative Océan et Climat.

Patricia Ricard :|l’océan comme horizon permanent

Cela fait plus de trente ans que Patricia Ricard, infatigable militante de la protection de l’environnement relève les défis les uns après les autres avec l’Institut océanographique Paul Ricard, mais aussi avec plus de 70 autres acteurs regroupés sur la plateforme collaborative Océan et Climat.

Patricia Ricard parle clair et vite, sûre de son fait. C'est une enthousiaste née. Quand on lui demande ce qu’elle pense de l’initiative de SeaWeb autour du concours culinaire Olivier Roellinger dont les prix de la cinquième édition ont été attribués le 8 juin, elle s’exclame.

« Je trouve l’initiative vraiment excellente ! Parce que les talents qu’elle permet de mettre en avant  sont des accélérateurs de prise de conscience. Le fait que des chefs célèbres disent que l’on ne peut pas manger tout, n’importe où, et n’importe quand, fait vraiment avancer les choses. »

Et pourtant, des initiatives, elle en a vu depuis qu’elle a pris les rênes de l’Institut. Des grandes victoires qui ont marqué les esprits ?

Patricia Ricard  ne voit pas les choses tout à fait comme ça. « Il n’y a pas de victoires particulièrement marquantes, mais plutôt un chapelet de victoires. Les premiers acteurs comme le commandant Cousteau ou le Dr Alain Bombard et Paul Ricard ont ouvert la voie en faisant prendre conscience que la mer avait besoin de se reposer, de se restaurer. Et les premières grandes victoires reposent sur cette simple idée que la préservation du milieu est importante avec la création de Réserves ou de Parcs comme Port-Cros ou récemment le Parc National des calanques (à côté de Marseille - NDLR). Une autre étape marquante est le Grenelle de la mer (2009 - NDLR). C’était une époque où les ONG et les acteurs du commerce maritime ne se parlaient pas. Depuis de nombreuses initiatives ont vu le jour à l’instar de la Fondation Surfrider qui a permis un dialogue entre les surfeurs et les armateurs français. Il y a dix ans une telle initiative aurait été impensable. »

Mais pour tous ceux qui ont suivi les trépidantes négociations de la Cop21, il semble désormais communément admis que ce mois de décembre 2015 est marqué d’une pierre blanche, ce que reconnaît volontiers Patricia. « Vous imaginez qu’il a fallu attendre 21 réunions pour que l’on fasse entrer le mot océan dans un texte ! Alors que l’on sait depuis longtemps que les océans sont au cœur de la machinerie climatique. »

Alors ça y est, le monde va aller mieux et les poissons seront contents?

Pas vraiment et Patricia n’est pas du genre à annoncer la fin d‘une lutte qui nécessite une vigilance permanente, notamment si l’on veut bien considérer que toutes les populations ne sont pas logées à la même enseigne. « On ne peut en effet dissocier la lutte contre la pauvreté et la protection de l’environnement. Allez dire à quelqu’un qui n’a rien à manger qu’il ne peut pas pêcher un poisson parce qu’il est dans une Réserve ou qu’un moratoire s’applique. Il faut savoir apporter des réponses locales à un problème global avec une approche éco-systémique, en cherchant des réponses fondées sur la nature. » Et puis côté surpêche ou acidification des océans, Patricia avoue volontiers qu’il y a encore du chemin à faire.

Allez, une dernière petite action que l’on pourrait imaginer pour la route ?

« Oui, j’aimerais que l’on puisse reconnaître le travail des jeunes chercheurs d’aujourd’hui en créant un système de mécénat scientifique sur le modèle du mécénat culturel. » Notons bien, car Patricia Ricard a prouvé qu’elle avait souvent un temps d’avance sur les décisions politiques.

Articles connexes dans notre magazine
Moments délicieux, | océans heureux
Moments délicieux,
océans heureux
Cliquez ici pour lire
En février et mars, | point de bar dans les assiettes !
En février et mars,
point de bar dans les assiettes !
Cliquez ici pour lire