Publié le 16/01/2023

10 stations de ski qui s'engagent

Dans le monde, des stations de ski se mobilisent pour un tourisme plus durable et la préservation de leur environnement. Nos maisons au pied des pistes oeuvrent également dans ce sens. Découvrez comment dans notre premier rapport de développement durable.

10 stations de ski qui s'engagent

© Simon Sjøkvist 62°NORD

Dans le monde, des stations de ski se mobilisent pour un tourisme plus durable et la préservation de leur environnement. Nos maisons au pied des pistes oeuvrent également dans ce sens. Découvrez comment dans notre premier rapport de développement durable.

Lire notre premier rapport de développement durable

---
 

Les milieux montagneux subissent de plein fouet les changements climatiques et l’activité des stations de sports d’hiver n’est pas sans impact sur l’environnement entre la consommation d’eau et d’énergie, la génération de déchets, de trafic routier mais aussi l’impact sur la faune, la flore et la topographie du paysage. Voici une sélection de 10 stations qui s’engagent pour un tourisme durable, des Alpes aux Rocheuses en passant par les Dolomites et le Grand Nord scandinave. Leurs actions marquent les premiers jalons d’un processus d’amélioration continu et essentiel pour la sauvegarde de la planète et des écosystèmes.


Chamonix, France


Consciente de la fragilité de son patrimoine naturel, la vallée de Chamonix-Mont-Blanc entend devenir « un laboratoire de la transition énergétique et écologique ». En 2022 elle décroche à nouveau le label Flocon Vert de l’association Mountain Riders en s’illustrant dans deux domaines : l’éducation au développement durable dans les écoles et un diagnostic énergétique des différentes activités du domaine skiable réalisé depuis 2014 par La Compagnie du Mont-Blanc (la société des remontées mécaniques) pour réduire sa consommation. 

Une action : Au cours de ces diagnostics, sur le domaine skiable des Houches, a été identifiée la zone d’hivernage du volatile Tétras Lyre. 750 mètres de cordes sont installées chaque hiver pour limiter le hors-piste dans le périmètre de son habitat et créer une zone de quiétude de plus en plus respectée par les skieurs. 

Une maison Relais & Châteaux : En 2023 le Hameau Albert Ier fête ses 120 ans. L’ancienne « Pension du Chemin de fer » est née avec l’arrivée du train et c’est aujourd’hui une bonne raison de s’y rendre avec ce moyen de transport vert et responsable.
 

Gauche : © OT Chamonix-Mont-Blanc
Droite : © Seb Montaz

 

Courchevel, France


En 2021, la station fêtait ses 75 ans et visait déjà 2046. « Courchevel 2046 » consiste en une feuille de route politique élaborée par la mairie actuelle pour s’engager dans un modèle durable et économiquement viable. De juin 2021 à juin 2022, une analyse a été menée sur les effets du changement climatique en station avec à la clé un cahier de recherche présentant les résultats. La société des 3 Vallées (S3V), exploitante du plus grand domaine skiable au monde, fait tourner ses remontées avec 100% d’énergie verte, issue de panneaux solaires. 

Une action : La S3V a mis en place un Observatoire de l’environnement. Le but : étudier l’impact du domaine skiable sur la faune et la flore endémique. Entre autres, elle réengazonne des pistes remodelées avec des semences locales.

Une maison Relais & Châteaux : Le Chabichou, le légendaire hôtel à la blancheur immaculée, rénové en 2019, est précisément au pied des pistes.
 

Gauche : © Jérôme Galland

 

Lech Zürs, Autriche


Dans les années 60, Lech, à contre-courant du développement touristique effréné a un seul mot d’ordre : « la qualité plutôt que la quantité ». Refusant que le village perde son âme, la Skilifte Lech organise, de 1978 à 2000, des conférences internationales sur ces questions environnementales, menant des audits scientifiques et faisant ainsi figure de pionnière. En 1997, la station autrichienne revoit le modèle d’exploitation de son domaine skiable et ses efforts sont récompensés par une série de certifications (ISO 9001, ISO 14001). 

Une action : Pour la Skilifte Lech, l’agriculture fait partie du plan de sauvegarde de la flore d’altitude. Elle revégétalise donc les pentes en altitude et acclimate une race de vache écossaise qui vit au sommet. Bâtie à 1760 mètres d’altitude, la ferme Schottenhof devient un modèle d’agriculture alpine. Ses vaches sont les gardiennes du paysage.

Une maison Relais & Châteaux : Le Post Lech Arlberg, auberge historique au cœur de la station, confie son compost toutes les semaines à une entreprise locale qui le transforme en électricité et gaz à destination de la communauté.
 

Gauche : © Christoph Schöch, © Lech Zürs Tourismus
Droite : © Herbert Lehmann


Kitzbühel, Autriche


Si Kitzbühel est mondialement connu pour sa piste mythique la Streif, elle a aussi pour voisin le SkiWelt Wilder Kaiser — Brixental, le premier domaine skiable qui fonctionne à l’énergie renouvelable hydroélectrique depuis vingt ans et l’un des plus grands domaines skiables verts au monde. Depuis l’an dernier, Kitzbühel et le SkiWelt sont connectés.

Une action : Dès 2010 le Club Alpin autrichien a investi 2,4 millions d’euros pour convertir ses refuges à des normes écologiques. Au Tyrol, les trois quarts de ces établissements ont décroché la certification écolabel. 

Une maison Relais & Châteaux : Le Tennerhof Gourmet & Spa de Charme Hotel, ancienne ferme du XVème siècle, est le plus petit établissement cinq étoiles de la station. Des sentiers de randonnée partent directement de l’hôtel, offrant un panorama unique sur Kitzbühel et les montagnes environnantes.
 

Gauche : © KitzSki Werlberger
Droite : © Arturo Bamboo


Zermatt, Suisse


C’est la silhouette emblématique du Matterhorn ou Cervin, la « reine des montagnes », qui se profile lorsque l’on pense à Zermatt. Mais il y a un autre signe particulier : la station est sans voitures. On se déplace donc à pied, en calèche, en taxi électrique, en navettes-train ou en VTT aux beaux jours. La circulation s’arrête à Täsch à 5 km. Ici la route est coupée et on laisse sa voiture dans un parking.

Une action : Premier chemin de fer à crémaillère électrique de Suisse, le Gornergrat Bahn, assure depuis 1898 la liaison entre Zermatt et Gornergrat initialement pour admirer le glacier du Cervin sans effort. Depuis sa création, les motrices du Gornergrat Bahn utilisent l’énergie générée au cours de la descente. Trois trains qui descendent produisent suffisamment d’énergie pour un à deux trains qui montent.

Une maison Relais & Châteaux : Le Chalet Hotel Schönegg regarde le Matterhorn, ce sommet qui a un pied en Suisse et l’autre en Italie, pour vivre la montagne à la croisée des cultures alpines.
 

Gauche : © Pascal Gertschen
Droite : © Kurt Müller - Office de Tourisme Zermatt


Ortisei, Italie


Reconnaissables entre tous les massifs d’Europe, les Dolomites se distinguent par leur relief acéré et leur roche pâle. C’est donc face à cette curiosité géologique que l’on skie sur les domaines de Val Gardena et Alpi di Siusi, le vaste Dolomiti Superski. Région à part en Italie, le Haut-Adige ou Sud Tyrol défend depuis toujours son patrimoine culturel et naturel. La gestion de l’eau comme richesse première et ressource inestimable est l’objet de sa bataille.

Une action : En 2021 le projet pilote « Rispetta la Montagna » (Respecte la Montagne) à destination des opérateurs touristiques, visiteurs et habitants, responsabilise chacun en matière de déchets et d’eau, les deux étant intimement liés, puisque tout finit tôt ou tard dans les cours d’eau. Giulinao Vettorato (conseiller à l’environnement de la Province Haut-Adige) explique : « L’eau du robinet a une qualité exceptionnelle et certains ne le savent pas forcément et achètent des bouteilles d’eau, souvent en plastique. Quel est le meilleur moyen de gérer les déchets ? Ne pas en créer. »  En 2019 le programme « Dolomites sans plastique » avait déjà recensé et indiqué toutes les fontaines d’eau potable sur les sentiers.

Une maison Relais & Châteaux : Dans le charmant village d’Ortisei au décor intact, le Gardena Grödnerhof Hotel & Spa, vous invite à suivre son guide de randonnée Emanuel Demetz lors de fascinantes randonnées en raquettes. Il vous apprendra à identifier les traces d'animaux dans la neige sans les déranger : vous aurez l'impression d'être l'invité de la nature.
 

Gauche : © Dolomites_Val Gardena


Reit im Winkl, Allemagne 


En 1956, ce village de Bavière est reconnu comme une station de cure pour son climat sain dont on vante la qualité de son air. Reit im Winkl entend devenir le gardien de cette richesse naturelle. La commune a choisi de limiter les émissions de gaz et contrôle régulièrement la qualité de l’air pour rester fidèle à sa réputation. Les sentiers de randonnée partent directement du village pour éviter la voiture. On continue donc de venir à Reit im Winkl pour respirer l’air pur des sommets.

Une action : On vient aussi pour admirer son ciel non pollué à la nuit tombée. Le IDA (The International Dark Sky Association) a classé Reit im Winkl parmi les cieux les plus purs. Réduction de l’éclairage électrique oblige avec la volonté de faire place à la nuit. 

Une maison Relais & Châteaux : Au Gut Steinbach Hotel Chalets Spa, vous partagerez les 51 hectares de prairies et forêt avec biches, yaks, cochons, volailles, chèvres, lapins. En reprenant cette ancienne ferme en 2011, aujourd’hui certifiée agriculture biologique, Klaus Graf von Molke réalise son rêve : rendre à la terre ce qu’elle lui donne. 
 

Gauche : © Tiberio Sorvillo - Luca Guadagnini
Droite : © Lucie Charpentier


Øye, Norvège


La Scandinavie est le berceau du ski ! Les origines du mot ski (skidh) ne sont-elles pas norvégiennes ? C’est donc plein nord, dans les Alpes Sunnmøre qu’on effectuera ce pèlerinage pour renouer avec le premier ski, ce moyen de locomotion. On mettra des peaux de phoque sous ses skis de randonnée pour s’élever lentement dans le silence ouaté au rythme du souffle, au rythme de la nature. Le regard tutoiera une centaine de sommets et plongera dans les fjords.

Une maison Relais & Châteaux : Ici pas de station, Union Øye Hotel, ce Relais & Châteaux du bout du monde, est la destination. C'est l'endroit idéal pour pratiquer le ski de randonnée dans l'une des destinations les plus épiques, encore brute et inexplorée. C'est parmi ces sommets escarpés et sauvages que vous trouverez les amateurs de sensations fortes.
 

Gauche : © Simon Sjokvist 62°NORD
Droite : © 62°NORD


Lake Louise, Canada


Comment faire cohabiter ski et vie sauvage au cœur des Rocheuses canadiennes ? Telle est la mission de Lake Louise. La station s’est dotée à l’année d’un département consacré exclusivement aux questions environnementales, avec son propre directeur et un biologiste spécialisé dans l’étude de la faune et de la flore. Le but : préserver la biodiversité et la vie sauvage, notamment celle des ours grizzlys en protégeant leur habitat. Car la perte de l’habitat est la plus grande menace pour la faune sauvage dans le monde. Le Parc National de Banff est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une action : Pour restaurer l’intégrité écologique de ce territoire naturel, Lake Louise a lancé un programme au long cours visant à rendre à la vie sauvage des portions de terre de son domaine skiable dans un accord d’échange avec Parks Canada. Ainsi près de 700 hectares de la concession originale, dont Purple et Wilverine Bowl, ont déjà été restitués au Parc National de Banff. 

Une maison Relais & Châteaux : Le Post Hotel & Spa, au bord d’une rivière, situé à 5 minutes du domaine skiable de The Lake Louise, vous invite à faire du patin à glace sur un lac gelé ou à explorer ces paysages en traîneau.
 

© Joann Pai


Aspen, États-Unis


Bienvenue au Colorado ! Ici on skie dans les Rocheuses, sur le plus renommé domaine skiable américain. La Aspen Skiing Company, responsable de la gestion de la station, a un credo : « Si nous sommes vraiment concernés par notre impact, nous devons trouver un moyen de fabriquer une énergie propre qui ne soit pas juste symbolique. »

Une action : En 2012, particulièrement active, la Aspen Skiing Company s’est donc engagée dans l’énergie renouvelable en convertissant les déchets méthane d’une mine de charbon en électricité pour alimenter la station, domaine skiable, hôtels et restaurants compris. En termes d’émission de carbone, cette production revient à une réduction annuelle de 517 000 voitures de la route. Quant aux économies, elles financent le projet. Le but : « prouver que ce modèle est une option viable pour d’autres municipalités ! ». Un cercle vertueux et inspirant. 

Une maison Relais & Châteaux : The Little Nell s’inscrit dans une démarche durable en pratiquant l’autosuffisance avec son équipement en panneaux solaires, limitant ainsi ses émissions en CO2. En cuisine depuis 2017, le chef s’est converti au compost et dans le jardin, les pesticides sont bannis.
 

Droite : © Shawn O'Connor

 

Articles connexes dans notre magazine
Partir : | 12 Routes du Bonheur pour 2023
Partir :
12 Routes du Bonheur pour 2023
Cliquez ici pour lire
Une huile d’olive impériale
Une huile d’olive impériale
Cliquez ici pour lire