Publié le 20/11/2019

Burg-Schwarzenstein,
une maison d’hier et d’aujourd’hui

Un pont entre le passé et le présent : voilà, sans doute, la première impression qui s’impose aux visiteurs de l’hôtel Burg-Schwarzenstein, à une soixantaine de kilomètres de Francfort en Allemagne.

Burg-Schwarzenstein, | une maison d’hier et d’aujourd’hui

Ambiance élégante au bistronomique Burgrestaurant, l'un des trois restaurants de l'hôtel, avec vue sublime et bordée de vignes sur la vallée du Rhin.

Un pont entre le passé et le présent : voilà, sans doute, la première impression qui s’impose aux visiteurs de l’hôtel Burg-Schwarzenstein, à une soixantaine de kilomètres de Francfort en Allemagne.

Mélange entre demeure chargée d’Histoire et rénovations modernes, l’hôtel Burg-Schwarzenstein, à Geisenheim en Allemagne, se distingue autant par son élégance que par la chaleur qui s’en dégage. Surplombant les vignes, le luxueux édifice allie une double élégance : celle, traditionnelle, d’un château construit pour la famille Mumm en 1854 et celle, moderniste, de bâtiments érigés à la fin des années 2000. Le tout se lie sans heurt, grâce à une pierre beige qui permet une continuité. L’hôtel impressionne sans intimider, car dès le hall, vaste et lumineux, de profonds canapés soulignent l’attention portée au confort. « J’ai beaucoup voyagé, et j’ai souvent eu l’impression d’arriver dans des endroits très modernes mais froids, où je ne me sentais pas vraiment la bienvenue », commence Stéphanie Teigelkamp, ancienne hôtesse de l’air qui aujourd’hui dirige l’hôtel avec son mari Michael. « Nous avons donc voulu que cet endroit soit sublimé par les ajouts et les rénovations, mais tout en restant chaleureux, accessible. Que l’on puisse s’y sentir comme chez soi. »
 

Stéphanie Teigelkamp, directrice de l'hôtel


De ses voyages, Stéphanie a aussi rapporté de nombreuses idées pour la décoration, qui apportent une touche d’exotisme raffiné dans les parties communes comme dans les vastes chambres et dans les suites. Elles aussi combinent influence moderne et recherche de chaleur, parfois même au sens propre. « Nous avons multiplié les terrasses pour permettre à nos hôtes de profiter des rayons du soleil dès qu’ils le peuvent, une coupe de champagne à la main », sourit Stéphanie. Les vastes baies vitrées s’invitent jusque dans les salles de bain, où les baignoires à jets bouillonnants permettent de se délasser en ayant l’impression d’être dehors. La lumière, élément essentiel, n’est presque jamais coupée par d’inamovibles cloisons : les maîtres des lieux ont voulu installer, partout où c’était possible, des panneaux coulissants, accentuant l’impression d’espace et de continuité. Sans rien céder sur l’aspect chaleureux : partout, des recoins cosy, des assises douillettes viennent inviter au repos et à la détente.
 

Le restaurant Grill & Wine rappelle l'importance de la vigne dans ce château initialement construit pour la famille Mumm en 1854.
Le chef Nils Henkel, à la tête des trois restaurants du Burg-Schwarzenstein.


Le luxe sans ostentation, pensé pour le bien-être, c’est un état d’esprit que l’on retrouve aussi dans les trois restaurants de l’hôtel. L’un deux, le Schwarzenstein, possède deux étoiles au Guide Michelin. « Je définirais ma cuisine comme naturelle, car ma priorité c’est vraiment de travailler avec des produits locaux et de saison », explique le chef, Nils Henkel. « Ce qui ne m’empêche pas de faire des clins d’œil à d’autres cuisines, en utilisant notamment des épices du monde entier. Mais la base, c’est celle-là », insiste-t-il. Particularité de sa carte, l’un des deux menus est entièrement végétarien. « Au-delà de l’envie de satisfaire ceux qui suivent ce régime, je souhaite aussi donner à penser sur la manière dont on consomme de la viande, du poisson, sur leur provenance et la manière dont ils sont produits. » « Faune » ou « flore », quel que soit le choix du menu, une certitude dans les deux cas : celle de passer un moment d’exception dans un lieu d’exception...
 

Photo de gauche: amuse-bouches - Photo de droite: kale, risotto de pommes de terre, raifort, raisins Riesling
Tofu soyeux, sauce soja, herbes de bord de mer et algues marines
La salle du restaurant gastronomique le Schwarzenstein
Cœur d'oignon, oeuf de caille mariné, panais, champignons trompettes

 

Articles connexes dans notre magazine
Douceur de vivre bucolique |sur l’île de Fyn
Douceur de vivre bucolique
sur l’île de Fyn
Cliquez ici pour lire
La vie au vert |sur l’île d’Émeraude
La vie au vert
sur l’île d’Émeraude
Cliquez ici pour lire