Publié le 12/04/2022

Maui, source de vie

Quand voyager se fait rare et hautement désirable, se rendre à Hawaii est un acte riche de sens. Un voyage d’émerveillement et d’engagement à Maui, île exemplaire en terme climatique, dans l’archipel le plus isolé de la planète.

Maui, source de vie

Vue céleste sur l’île de Lanai depuis les jardins de l’Hotel Wailea au Sud de Maui.

Quand voyager se fait rare et hautement désirable, se rendre à Hawaii est un acte riche de sens. Un voyage d’émerveillement et d’engagement à Maui, île exemplaire en terme climatique, dans l’archipel le plus isolé de la planète.

Dès l’aube, à l’heure où le Pacifique est encore tiède de sa nuit hawaiienne et le sable presque froid sous les pieds ; on plonge. On plonge dans ses eaux accueillantes, au large de l’Hotel Wailea. La tête sous l’eau, on se retrouve enveloppé par un son archaïque qui monte des profondeurs. Le chant des baleines ! "Elles sont là, à Makena, tout près, à quelques centaines de mètres de la côte." On n’en croit pas ses oreilles ! Alors on pivote sur le dos, la tête immergée et on se laisse flotter, bercé par cette mélodie océanique. Un puissant sound bath que toutes les retraites du monde et autres méditations n’égaleront jamais. Le miracle se renouvelle chaque année à la saison des naissances. Les baleines viennent mettre bas à Maui, mer hospitalière. Elles évoluent tout l’hiver dans cette vaste aire de jeu, leur bébé à leurs côtés avant de repartir vers l’Alaska au printemps. Quel surfeur n’a pas vu derrière la ligne des vagues, la silhouette d’une baleine sauter en majesté ou le jet de son souffle ? Quant au phoque moine natif de Maui, il n’est pas rare d’en croiser un spécimen assoupi sur les plages.
 

S’immerger dans le Pacifique pour une séance body surf et communier avec l’océan près d’Hamoa Beach (Hana).
Vue plongeante et verdoyante sur la baie de Honomanū Bay et la route d’Hana,  le territoire le plus pluvieux de l’île.


Maui est une immense réserve de vie. À mi-chemin entre la Californie et le Japon, pile au milieu du Pacifique, grande comme les deux tiers de la Corse, l’île abrite 10 climats sur les 14 que possède notre planète. Une rareté absolue ! Une île-monde. On passe d’un des endroits les plus secs de la planète à l’un des plus humides, du désert de lave à la jungle, du trio lagon-plage-cocotiers à l’Haleakalā, le plus gros volcan endormi de la Création (à 3055 m son cratère pourrait contenir Manhattan) tout en traversant des pâturages dignes de la Suisse ou d’immenses étendues d’herbes argentées façon toundra. Près de 50 % des espèces sont endémiques. À elle seule, Maui est un concentré de biodiversité, un cas d’école.
 

Immersion dans la jungle échevelée de la route d’Hana, à l’Est.
Forgée par le magma, Maui abrite le plus gros volcan endormi au monde, en découlent des plages de sable noir comme celle-ci.


Dans ces conditions, le voyage prend une autre dimension : il éveille les consciences. Le voyageur s’interroge sur son lien à la nature. Aller à Maui c’est devenir témoin privilégié d’une centaine d’écosystèmes différents dont on mesure la puissance autant que la fragilité. Et puis il y a cette part de mystère. Des pans entiers de l’île — vallées enchâssées, montagnes détrempées, cascades tonitruantes — restent inaccessibles à l’homme et fascinent les scientifiques. Avec la contemplation vient la volonté de protéger cette terre nourricière, dont l’équilibre est menacé au même titre que d’autres endroits de la planète. Arrive alors l’action. Quatre figures locales invitent le voyageur à devenir acteur du changement et responsable.
 

Concentré de biosphère terrestre, l’archipel fait cohabiter l’un des endroits les plus secs au monde avec le plus humide. Ici les immensités façon toundra de la côte Sud Est.


À commencer par Eddy Garcia, personnage charismatique et inclassable. Surfeur pionnier de Jaws (la plus grosse vague au monde avec Nazaré), savant fou (auteur d’une solution pour transformer les planches de surf et le polystyrène en général en compost grâce à des vers qui s’en nourrissent), il est aussi ami et conseiller en agriculture d’Yvon Chouinard, le créateur de Patagonia. Eddy a rendu ses lettres de noblesse à Maliko Gulch (maliko signifie « fleurir » en hawaiien), une vallée fertile et sacrée pour les Anciens, déchue en décharge. Pratiquant avec ferveur l’agroforesterie et l’agriculture régénératrice, il a nettoyé cette terre, déblayé la rivière obstruée par les déchets (voitures abandonnées, carcasses d’avion…) pour lui redonner son cours. Aujourd’hui Maliko est une vallée des merveilles. Eddy y organise des dîners farm-to-table sous les étoiles, des workshops de recyclage, compost, agriculture etc. Autant d’initiatives pédagogiques et inspirantes.
 

C’est par l’agroforesterie qu’Eddy Garcia avec The Maliko Project a fait renaître la vallée sacrée et fertile de Maliko Gulch sur le North shore.
Du fait de son isolement -le continent le plus proche est à 4000 km- Maui a développé en vase clos une faune et une flore uniques.


Campbell Farrell de son côté avec sa fondation Love the Sea a une mission : débarrasser le littoral du plastique (issu de la pêche commerciale) qui vient s’y échouer. Épaulé par une armée de volontaires, il lance des journées de nettoyage. Filets de pêche, bouées et autres résidus sont collectés sur les plages ou arrachés à des portions de côte accessibles seulement par la mer. Communauté locale et touristes unissent leurs forces dans ces opérations commando.

Beth Elliott quant à elle collecte pour Petals with a purpose, des centaines de kilos de fleurs issus des mariages. Car Maui est l’une des premières destinations mariage avec à la clé un immense gâchis de végétaux dont l’espérance de vie se limite à une journée. Beth convertit l’éphémère en durable. Elle démonte les décors surdimensionnés, incite les fleuristes à utiliser des matières biodégradables ou réutilisables et non pas toxiques, puis elle redistribue les fleurs à des hôpitaux, maisons de retraite ou les transforme en compost.
 

Beth Elliott avec son projet Petals with a Purpose, redistribue et recycle les centaines de kilos de fleurs en provenance de mariages organisés à Maui.


À l’Hôtel Wailea, la talentueuse Krista Garcia est l’auteure de dîners d’exception. Une cuisine d’excellence à déguster dans une treehouse avec le Pacifique en ligne de mire. Un repas en tête à tête, sur-mesure, réalisé sous les yeux des convives façon Chef’s Table. La cheffe californienne laisse libre cours à son talent et son intuition, pour proposer une expérience culinaire locavore. Elle travaille des produits insulaires en fine connaisseuse, et cultive son propre potager chez elle à Haiku, sur la côte nord. Du bananier, elle cueille la fleur et la coupe en julienne. Elle cisèle les fleurs de gingembre, parsème de limu (algue) et de perles de citron caviar ou monte une sauce au lilikoi (fruit de la passion). Sa cuisine est une déclaration d’amour à la terre hawaiienne.
 

Krista Garcia s’approvisionne dans le jardin d’herbes de l’Hotel Wailea et cuisine une courge japonaise locale Kabocha pour un dîner 100 % local.
La cheffe honore dans sa cuisine l’abondance de l’archipel : poisson de Maui et crevettes de l’île de Molokai, fleur de bananier, lilikoi (fruit de la passion), calamansi, noix de Macadamia, mangoustes etc.
Red snapper - poisson local issu de la pêche à la ligne - fleur de bananier, limu (algue) et sauce au lilikoi (fruit de la passion).
Coulée verte dans les jardins de l’Hotel Wailea. Situé dans une des zones les plus arides de l’île, sa nouvelle mission est son attention portée à sa consommation d’eau.
Articles connexes dans notre magazine
Voyage éco-responsable |en milieu sauvage
Voyage éco-responsable
en milieu sauvage
Cliquez ici pour lire
Remonter le cours de la Brenta
Remonter le cours de la Brenta
Cliquez ici pour lire