Costa Rica : jardin d'eden

Au Costa Rica, la nature a les cartes en mains. Soyons clairs : vous êtes ici en minorité. La forêt est là. Debout, dans sa dualité fascination-répulsion. Tendez l'oreille, ouvrez les yeux et vous ne serez pas déçu.

Costa Rica : jardin d'eden

Au Costa Rica, la nature a les cartes en mains. Soyons clairs : vous êtes ici en minorité. La forêt est là. Debout, dans sa dualité fascination-répulsion. Tendez l'oreille, ouvrez les yeux et vous ne serez pas déçu.

Au Costa Rica, la nature a les cartes en mains. Soyons clairs : vous êtes ici en minorité. La forêt est là. Debout, dans sa dualité fascination-répulsion. Tendez l'oreille, ouvrez les yeux et vous ne serez pas déçu. Même le passage furtif d'un gecko (joli lézard vert dentelé) vous saisit d'étonnement. Pour le reste c'est un vaste concert: crapaud doré (Bufo periglenes), singe hurleur, tatous, le merle fauve, l'oiseau national du Costa Rica aussi appelé Yigüirro...

 

 

Pour une fois, notre corps commande. La tête est à l’ouest, dans ses arabesques, jonglant avec les nuances de vert. Elle s’inonde de vert comme dans un empire, une eau de vétiver, un velours infini, un ruissellement d’émeraudes. Le corps comprend alors qu’il doit réagir. Bien tourner le pied sur les cailloux, sentir un arôme nouveau, le gober. Même les oreilles sortent de leur cage. Pour peu, elles se développeraient, pivoteraient pour aller tout là-haut vers le chant cassant du toucan. Les yeux ont perdu leur linéarité urbaine. Ils volettent. Ils plissent de plaisir. Le nez fouine. Rien de tel alors qu’une pluie torrentielle. Elle vous rend maussade aux premières grosses gouttes. Puis trempé, mouillé jusqu’aux os. C’est comme un baptême, les fonts baptismaux. Une renaissance. Elle tombe dru, insolente, tambourinante, fracassante. Vous souriez, les idées claires. C’est une étrange symphonie qui débute alors. Il était question d’énigme au tout début de ces lignes, et voici que nous approchons d’une de nos vérités. Elle murmure la sensualité, la lenteur. Comme si nous répondions enfin à cette fantastique densité.

 

 


Il suffit de deux heures de route à partir de Nayara Springs pour rejoindre le deuxième Relais & Châteaux du Costa Rica, El Silencio.

 

 

Ça fait un choc tout de même de passer du rêve au réel. Bien souvent, on s’en veut d’avoir occulté la vraie vie, d’avoir dressé un barrage et n’avoir rien compris. Soyez indulgent avec vous-même, arrêtez-vous au premier bistrot au bord de la route. Il y en a des tonnes dans cette atmosphère d’Amérique latine balançant entre la fascination américaine (les grosses autos, les biceps…) et l’indolence latine, cette langueur douce et compatissante. Cela doit s’appeler la gentillesse. Ces gens vous souhaitent la bienvenue « Pura Vida ! », secouent une limonade, sourient avec ce naturel translucide. Il n’y a même pas de film conservateur, de membrane transparente. C’est la vie, rassurez-vous. Elle est ici si troublante que régulièrement vous parviennent à l’oreille des récits de voyageurs tombés amoureux des rivages ou des montagnes, pour n’en plus repartir.

 

 
 


À El Silencio, une seule devise : être en accord avec soi-même, la nature implique de ne nourrir aucun paradoxe, ni contradiction. Le dîner ce soir sera extrait du potager, de la basse-cour, des bassins de truites. Derrière les larges baies vitrées de la salle à manger, les éléments semblent apprécier. Parfois traversent des oiseaux magnifiques. Ils portent des noms altiers : frégate superbe, sterne royale, héron garde-bœufs, chevalier semipalmé, urubu à tête rouge, amazone à nuque d’or, motmot à sourcils bleus, tangara évêque, et même tyran mélancolique. Les nuits qui s’ensuivent ont un merveilleux velouté. Il y a d’autres façons de ne plus repartir, c’est d’emporter avec soi cette respiration douce, laisser ses baluchons de cordes nouées. De se promettre de garder en soi le Costa Rica, de faire mentir l’idée qu’un voyage ne servirait qu’à mieux goûter le plaisir de retourner chez soi. Le Costa Rica peut être ce pays qui parle à l’oreille et pose la bonne énigme.

 

 

 

Articles connexes dans notre magazine
La délicatesse des jardins | romantiques anglais
La délicatesse des jardins
romantiques anglais
Cliquez ici pour lire
Costa Rica: à la recherche|de l’énigme verte
Costa Rica: à la recherche
de l’énigme verte
Cliquez ici pour lire