Sommets de silence
à l’In Lain Hotel Cadonau

La vallée de Saint-Moritz, dans le canton des Grisons, abrite la commune de Brail et c’est ici que se trouve l’In Lain Hotel Cadonau, tenu par la même famille depuis plusieurs générations.

Sommets de silence|à l’In Lain Hotel Cadonau

La vallée de Saint-Moritz, dans le canton des Grisons, abrite la commune de Brail et c’est ici que se trouve l’In Lain Hotel Cadonau, tenu par la même famille depuis plusieurs générations.

La discrète communauté est l’anti Saint-Moritz par excellence. Pas un seul magasin Chanel, Gucci ou Pucci en vue. Mieux : impossible de trouver le moindre magasin. Aucune boite de nuit non plus. Pas même un restaurant, en dehors de celui de l’hôtel. C’est la Suisse dans tout ce qu’elle a de plus distingué. Et de calme.

L’hôtel de 14 chambres possède un charme suranné. L’élégante extension conçue par Fanzun, cabinet d’architecture basé à Chur, et réalisée en 2011 s’adosse harmonieusement au bâtiment d’origine, vieux de 450 ans. Une sérénité paisible se dégage de ces pièces lambrissées. Brail n’est pas un lieu de l’excès, et l’In Lain Hotel Cadonau est l’incarnation de cet état d’esprit.

Effluves de pin

Bon, peut-être y a-t-il tout de même une touche d’excès… Je pense au parfum signature de l’hôtel, une essence de pin tellement rafraîchissante et envoûtante qu’elle reste gravée dans votre esprit même des semaines après votre séjour. Quand vous n’êtes plus à l’hôtel, elle vous manque ; quand vous y êtes, vous vous en délectez.

Si vous voulez profiter du domaine skiable de Saint-Moritz le temps d’un week-end tout en échappant aux excès de sa vie nocturne, cet hôtel est fait pour vous. Il a beau n’avoir qu’une seule suite avec spa, qu’importe : le lieu tout entier ressemble à un spa géant. Vous en repartirez sans nul doute plus léger, calme et apaisé.

Saveurs de forêt

A peine arrivés pour notre séjour de trois nuits après un trajet en train de trois heures depuis Zurich, mon ami James et moi-même nous lancions dans ce qui fut peut-être notre seul excès à Brail : un repas en huit services par le chef Dario Cadonau au Vivanda, le restaurant de l’hôtel. Décrit par notre serveur comme « une promenade en forêt », le menu fut une surprise de bout en bout, tant d’un point de vue visuel que gustatif.

Petit florilège des réjouissances : suprêmes de caille, panna cotta aux champignons et glace au pin des Alpes ; purée de persil tubéreux et chips de persil tubéreux ; et du fromage, bien sûr, beaucoup de fromages (Une expérience que cette cave à fromages à l’extérieur du restaurant : vous y entrez et choisissez tout ce qui vous fait plaisir).

L’In Lain Hotel Cadonau se prête aux longues matinées. Difficile après un tel repas - et les nombreux verres de vin qui l’accompagnent - de se lever à l’aube pour toute une journée de ski. Quarante minutes de train suffisent à rejoindre Saint-Moritz : les plaisirs de la glisse sont à portée de main, et le bon réseau de transports permet de profiter d’une grosse demi-journée de ski. Cette région n’est de toute façon pas synonyme de ski extrême ; on y vient plutôt pour s’échapper et se ressourcer. Et cela inclut de bonnes nuits.

Nous avons donc fait la grasse matinée les deux jours et profité du buffet de petit-déjeuner - muesli chaque matin, je le recommande d’ailleurs chaudement - avant de rejoindre les pistes, tout cela nous laissant ensuite le temps de faire une vingtaine de descentes environ. Nos après-midi se sont conclus par un arrêt à El Paradiso, un restaurant d’altitude, autour de quelques bières et de viande. Le second jour nous n’avons pas pu résister et avons commandé deux « St. Moritz Spritz ». L’hôtel en lui-même peut tenir lieu de halte après ski si vous préférez une ambiance plus décontractée, ce qui est mon cas.

Jacuzzi extérieur pour le repos du skieur

A la fin de notre première journée de ski, nous avons appelé l’hôtel afin que le jacuzzi extérieur soit prêt pour notre arrivée. Le second soir, nous nous sommes délassés dans le sauna aux parois vitrées. La vue sur les vallées et montagnes en fait un des saunas les plus agréables que je connaisse.

Alors que je m’attablais avec James pour notre dernier dîner - une fondue, bien sûr - je me suis fait cette réflexion : « Les touristes qui séjournent à Saint-Moritz ne savent pas ce qu’ils perdent ». L’In Lain Hotel Cadonau n’est peut être pas l’hébergement le plus proche de la vallée de l’Engadine, mais il est selon moi le meilleur.

Spencer Bailey est le rédacteur en chef de Surface magazine. Il y anime la série de  rencontres intitulée Design Dialogues et a interviewé des dizaines de personnalités du design parmi lesquelles Tadao Ando, Zaha Hadid et Frank Gehry.

 

Pour en savoir plus :

El Paradiso, St Moritz, Suisse

 

Informations :

L'hôtel sera fermé du 7 novembre au 1er décembre 2016.

 
Articles connexes dans notre magazine
À la rencontre des éléphants:|histoire d’amour à Jabulani
À la rencontre des éléphants: histoire d’amour à Jabulani
Cliquez ici pour lire
Balade écossaise|dans un château enchanté
Balade écossaise
dans un château enchanté
Cliquez ici pour lire