Le joyau de Baltimore

Où l’auteur et son fidèle compagnon à quatre pattes prennent leurs quartiers à The Ivy, à Baltimore, une illustre demeure sur les hauteurs de Mount Vernon, jalon historique du Maryland qui doit également sa réputation à des restaurants exceptionnels. Vous n'êtes pas au bout de vos surprises.

Le joyau de Baltimore

Où l’auteur et son fidèle compagnon à quatre pattes prennent leurs quartiers à The Ivy, à Baltimore, une illustre demeure sur les hauteurs de Mount Vernon, jalon historique du Maryland qui doit également sa réputation à des restaurants exceptionnels. Vous n'êtes pas au bout de vos surprises.

LA MAISON, SI L'ON PEUT DIRE, EST JUCHÉE AU SOMMET D'UNE PETITE COLLINE. Dans le quartier de Mount Vernon, elle est tel un livre précieux, relié de cuir rouge et rangé sur les rayonnages d’une belle bibliothèque en acajou.

   « Dans un décor exotique fait de palmiers et de mystérieux tableaux danois. »

À peine avions-nous arrêté la voiture devant le hall de l’hôtel que Piksi, mon petit esquimau américain qui ressemble à s’y méprendre à un renard polaire, est accueilli comme un pacha : deux gentlemen vêtus de longs manteaux et tirés à quatre épingles, nous aident à descendre avant de nous escorter vers le vestibule couleur d’azur, à l'abri du froid hivernal, dans un décor exotique fait de palmiers et de mystérieux tableaux danois. Piksi renifle le tapis zèbre et les poufs en daim ; ma compagne de voyage semble quant à elle favorablement impressionnée par les immenses fenêtres à carreaux sertis de plomb, les boiseries sculptées et le marbre vert devant lesquels nous passons pour nous rendre à la réception.

ON NOUS OFFRE DU CHAMPAGNE, NATURELLEMENT, et nous réservons sans attendre au Magdalena pour le lendemain soir. Au menu : des petits pains piqués de betterave avec du beurre au raifort, du risotto aux chanterelles, et une tarte végétarienne poivrons-aubergines. L'ensemble dépasse de loin nos espérances, même si c'est le petit-déjeuner qui nous a fait la plus forte impression (des œufs frais de la ferme et du cheddar couleur de soleil, des truffes, un bon café noir, des pancakes à la ricotta et au citron si aériens qu’on croirait des nuages) ; nous en aurions fait tous nos repas, s'il ne tenait qu'à nous.

« Nous nous sommes pelotonnées devant la cheminée. »

On ne peut pas dire que nous soyons beaucoup sorties de notre suite... Dans les faits, nous nous sommes pelotonnées devant la cheminée, ne délaissant la grande flambée qui réchauffait nos âmes, que pour profiter de l'immense baignoire blanche, entre deux bouchées d'un brie parfaitement affiné accompagné de crackers.

IL FAUT DIRE QUE LA BOUTEILLE DE VIN ROUGE ne nous a pas non plus incitées à nous éterniser à l'extérieur. Piksi, lui, a passé le plus clair de son temps sur le gros coussin en peluche qui lui avait été gracieusement installé au pied du lit à baldaquin, à contempler le feu depuis son trône improvisé.

« Une petite merveille ! »

Nous nous sommes tout de même aventurées jusqu'au spa (pour y accéder, gravir l'escalier central, dépasser le vitrail, admirer la vue, puis tourner à gauche) et avons fait une petite excursion en ville pour chiner quelques antiquités qui n'auraient pas jurées au milieu des trésors du XIXe siècle que recèle The Ivy. Une petite merveille : Baltimore regorge de plateaux en argent et autres ustensiles de bar, de tapis persans joliment patinés, de cartes de tarot d’époque qui prédisent un avenir radieux. Autant d’objets chargés d’aura qui donnent à l’hôtel l’allure d’un coffret à bijoux de l'Âge d'or. Il n'y a pas que Piksi qui ait été captivé !

 

 

 

Informations :

 
Articles connexes dans notre magazine
À la rencontre des éléphants:|histoire d’amour à Jabulani
À la rencontre des éléphants: histoire d’amour à Jabulani
Cliquez ici pour lire
Balade écossaise|dans un château enchanté
Balade écossaise
dans un château enchanté
Cliquez ici pour lire