Borgo San Felice : Plaisirs élémentaires

L’Italie, c’est bien sûr les parcs et les églises, les fresques et les portraits, le Titien et Giotto. Mais son attrait réside aussi dans la douce sensation que procurent les plaisirs simples cultivés au fil du temps et qui curieusement semblent plus savoureux ici.

Borgo San Felice : Plaisirs élémentaires

L’Italie, c’est bien sûr les parcs et les églises, les fresques et les portraits, le Titien et Giotto. Mais son attrait réside aussi dans la douce sensation que procurent les plaisirs simples cultivés au fil du temps et qui curieusement semblent plus savoureux ici.

Je pensais à tout cela lors de mon séjour dans le merveilleux Borgo San Felice, petit hameau de seize bâtiments du VIIIème siècle restaurés situé dans la campagne toscane, à trente minutes de Sienne. 

Je me suis attablé pour un déjeuner tardif (après tout, c’est aussi cela la dolce vita…) sur la terrasse surplombant la vallée quadrillée de vignes - des vignes dont je vous encourage à déguster le nectar, comme je l’ai moi-même fait. J’avais envie de quelque chose de simple : quelques légumes crus du potager de la propriété assaisonnés de leur formidable huile d’olive, suivis de pâtes fraîches maison avec tomates et basilic. Quoi de plus facile me direz-vous ? Mais c’est justement sur des choses simples comme ça que l’on juge de l’excellence de l’exécution. C’est bien la raison pour laquelle les maîtres sushi tirent en général le plus de fierté de leur omelette.

Ce déjeuner ne pouvait être meilleur - un concentré de tout ce que l’on aime de la Toscane : tradition et goût, quiétude et lumière. C’est l’alliance de tout ceci qui fait la signature de Borgo San Felice, un hôtel très ambitieux. Sous la direction experte de Danilo Guerrini, tout est fait pour que vous profitiez des somptueux repas et des heures qui s’écoulent entre chacun d’eux. Cappuccino ou apéritif au bord de la piscine, escapade dans le délicieux spa dont le luxe sans ostentation se fond parfaitement dans l’une des demeures d’époque : tous les ingrédients de la détente sont à disposition, à vous de composer votre recette.

Si vous êtes en quête d’expériences gastronomiques, optez pour le deux étoiles Michelin Il Poggio Rosso et ses repas exécutés de main de maître par le chef Fabrizio Borraccino. Même le muesli du petit déjeuner semblait être le meilleur que j’ai jamais mangé - c’est un peu cela l’ « effet Borgo San Felice », pour être honnête… Chaque détail flatte les sens, des rayons de miel servis au petit déjeuner aux nombreuses petites surprises qui ponctuent le dîner, toutes plus savoureuses les unes que les autres. Le sens de l’hospitalité ici est digne des meilleurs hôtels ; il va donc sans dire que le barman saura vous préparer un Negroni dans les règles de l’art et, plus tard dans la soirée, vous proposer un whisky rare d’Islay ou le cigare cubain dont vous avez rêvé toute la journée.

Entre l’exploration de la région à vélo et les activités culturelles, il est aisé de varier les plaisirs pendant une semaine. Ne ratez pas la visite des vignes et de la cave, suivie bien sûr d’une dégustation des vins de la propriété - des millésimes récents, d’autres plus anciens, tous formidables. Une expérience à la fois instructive et délicieuse.  
Les chambres correspondent à l’image que l’on se fait d’un hôtel en Toscane : spacieuses et aérées, avec de charmants carrelages et sols en pierre. Tout au long de mon séjour, j’eus la sensation d’être à la maison. Et tandis que je descendais un sentier bordé de buissons de roses pour aller admirer le jardin de plantes aromatiques, je pensais à toutes les personnes que je connais qui adoreraient ce lieu. La liste ne cessait de s’allonger.

Articles connexes dans notre magazine
À la rencontre des éléphants:|histoire d’amour à Jabulani
À la rencontre des éléphants: histoire d’amour à Jabulani
Cliquez ici pour lire
Balade écossaise|dans un château enchanté
Balade écossaise
dans un château enchanté
Cliquez ici pour lire