À Nanjing, à la recherche du temps perdu

Yihe Mansions et ses prestigieuses anciennes villas est certainement l’endroit où l’on peut le mieux ressentir une certaine nostalgie du style de la République chinoise. Les deux frères blogueurs Yibo et Gavin Fan nous racontent leur expérience.

À Nanjing, à la recherche du temps perdu

Yihe Mansions et ses prestigieuses anciennes villas est certainement l’endroit où l’on peut le mieux ressentir une certaine nostalgie du style de la République chinoise. Les deux frères blogueurs Yibo et Gavin Fan nous racontent leur expérience.

Nanjing, l’ancienne capitale qui abrita six dynasties, vous offre un plongeon dans l’histoire dès que vous pénétrez dans l’ancienne résidence du maire de Pékin, illustration de l’apogée esthétique qu’a connue la Chine moderne il y a 70 ans ...

« Le style et le romantisme nostalgique de l'époque de Nanjing sont devenus tendance. »Villas de Luxe Yihe Mansion, Nanjing

Gavin : On dit qu'en se promenant dans les allées du Yihe Mansions, on traverse la moitié de l'histoire de la République de Chine. Certaines de ces résidences étaient celles de personnages historiques, mais aussi des ambassades ou consulats de l'ancienne République…

Yibo : Nous sommes tombés sous le charme immédiatement. Sous les platanes, les murs jaune pâle sillonnent la cour et contournent de magnifiques villas. En un éclair, le ciel bascule et nous voici transportés vers le passé. Le Nanjing que nous imaginions apparaît.

Gavin : Il y a eu une époque pendant laquelle « l'Orient a commencé à apprendre de l'Occident ». La culture, les costumes et les bâtiments de cette époque ont tous un charme unique inspiré par l'ouverture des échanges entre l'Asie et l'Europe.

Yibo : Maintenant, le style et le romantisme nostalgique de l'époque de Nanjing sont devenus tendance...

Yibo : Les 26 villas historiques du jardin ont été bâties dans les années 20 et 30 et restaurées à l'identique.

Yibo : Le groom en tenue longue d'époque nous a aidés à placer nos bagages dans le pousse-pousse. La réceptionniste en cheongsam était élégante et gentille. Gavin et moi avons échangé un regard en souriant : « Nous y sommes ! ».

« Les rayons du soleil filtraient à travers les épais volets en bois blanc comme s'ils traversaient les siècles. »

Yibo : Nous étions en mars et le printemps commençait à poindre, avec ses températures agréables et ses arbres en fleurs. Nous avons pris nos quartiers dans la villa n° 15.  délicieusement nostalgique : escalier en bois, sols décorés de motifs antiques, meubles et lits anciens, téléphone rétro. Une lettre de bienvenue personnalisée et écrite à la main sur du papier en bambou nous attendait ainsi qu'un rafraîchissement simple mais délicieux proposé dans une vaisselle en céramique. Les rayons du soleil filtraient à travers les épais volets en bois blanc comme s'ils traversaient les siècles...

« Chaque fois que nous séjournons dans un Relais et Châteaux, ce que nous attendons le plus, c'est la cuisine.»

Yibo : Après avoir défait le nœud chinois, nous découvrons le menu du soir dans lequel on peut lire toutes les caractéristiques de l'époque de la République, avec les boulettes de crevette, ou encore le saule et ses légumes verts marinés. Zhang Xueliang, Zhang Daqian, Li Zongren : chaque plat évoque un personnage différent de l'histoire. Le plat de résistance est une soupe mijotée accompagnée de chrysanthème, qui est en réalité un morceau de tofu découpé en 98 tranches verticales et horizontales. Un plat d'une telle beauté que l'on rechignerait presque à le déguster !

Yibo : Parlant de créativité, il faut dire que partout dans la résidence on ressent la présence de l'art et de la littérature. Certaines villas ont été rénovées dans l'esprit d'un musée sur le thème de la République de Chine. L'une d'entre elles expose des livres de l'époque, une autre des costumes, une troisième des projets et constructions. Qui aurait pu deviner que les villas devant lesquelles je suis passé tant de fois étaient à ce point chargées d'histoire ?

Gavin : Proposant une cuisine occidentale, le restaurant Le Siècle, vieux de cent ans, s'est installé dans la villa où vivait M. Xiong Bin. Qui est Xiong Bin, me direz-vous ? Xiong Bin était le vice-ministre de l'armée pendant la période de la République de Chine et le maire de Pékin en 1945. J'aime beaucoup les trois étages très différents du restaurant, son toit irrégulier, ses grandes fenêtres de toit lumineuses… L'atmosphère du Siècle, qui rappelle profondément l'époque de la République, m'a coupé le souffle.

Gavin : Chaque année, le Yihe Mansions organise au Siècle une soirée autour d'un chef étoilé par le célèbre Guide Michelin. Cette année, l'invité était le chef argentin Mauro Colagreco, deux étoiles au Michelin, qui dirige les cuisines du Mirazur dans le Sud de la France. Le thème de la soirée était le jambon espagnol de qualité 5J (ou « cinco jotas ») dont le logo en forme de gland fait référence à l'aliment qui compose le régime des cochons noirs ibériques.

Gavin : En entrée, dans l'esprit du thème de la soirée, était proposé un œuf fermier accompagné de jambon haché et de truffe. Le secret ? Une cuisson lente et mijotée jusqu'à ce que l'œuf obtienne une consistance gélatineuse et souple. Suivait un cabillaud braisé accompagné de haricots verts, de jambon et de coques : une association étonnamment réussie ! C'est là toute la maestria du chef : rendre l'improbable possible et l'impossible extraordinaire.

« L'ambiance et le style de la République de Chine ne sont jamais très loin. Au contraire : ils sont toujours autour de nous, rassurants. »

Gavin : Mauro a eu la délicatesse de venir nous voir pour nous demander si tout allait bien. Les plats étaient exceptionnels et l'inventivité extraordinaire… mais il y avait autre chose. Une impression romantique que je n'ai pas réussi à décrire au chef argentin. Il est très difficile pour les étrangers de comprendre cette ambiance et cette sensation typiquement chinoises.

Yibo : Durant le séjour, une cliente de l'hôtel qui posait pour une photo s'est promenée devant ma porte avec un parapluie en papier huilé, preuve que l'ambiance et le style de la République de Chine ne sont jamais très loin. Au contraire : ils sont toujours autour de nous, rassurants. Il suffit de se glisser dans le pyjama blanc du même style mis à votre disposition pour faire de beaux rêves sur le même thème.

Articles connexes dans notre magazine
À la rencontre des éléphants:|histoire d’amour à Jabulani
À la rencontre des éléphants: histoire d’amour à Jabulani
Cliquez ici pour lire
Balade écossaise|dans un château enchanté
Balade écossaise
dans un château enchanté
Cliquez ici pour lire