Oisiveté paisible
dans la campagne anglaise

Des vents intenses secouaient l’érable à quelques pas du ponton du lac, ébranlant les abords de Gilpin Hotel lors de mon échappée loin de Paris. Quoi qu’il arrive, j’étais déterminée à pleinement profiter de mon escapade dans cette propriété où les conditions étaient idéales à l'oisiveté paisible.

Oisiveté paisible | dans la campagne anglaise

© Gilpin Hotel & Lake House

Des vents intenses secouaient l’érable à quelques pas du ponton du lac, ébranlant les abords de Gilpin Hotel lors de mon échappée loin de Paris. Quoi qu’il arrive, j’étais déterminée à pleinement profiter de mon escapade dans cette propriété où les conditions étaient idéales à l'oisiveté paisible.

Par moment, des rayons de soleil hésitants transperçaient la couverture nuageuse, illuminant la surface des eaux. Je restai saisie, observant la tempête se déchaîner et se calmer, s’intensifier et s’apaiser depuis le confort douillet du salon du Lake House, une tasse de thé à la main.

Quand la tempête s’est dissipée, j’ai réalisé que les caprices de la météo du nord de l’Angleterre n’enlevaient rien au charme luxuriant et relaxant de Gilpin, où l’on se sent comme à la maison. Même les pluies diluviennes ne sauraient entamer la joie d’un séjour où l’esprit est libre de vagabonder, une tranquillité mentale où l’on peut dormir tard sans culpabilité, et plus tard dans la journée, se consacrer à cette pile de livres que l’on n’avait jamais trouvé le temps d’ouvrir.

 
 
 
 

Depuis trente ans, la propriété familiale de Gilpin offre un point d’ancrage solide dans le décor majestueux de la région montagneuse du Lake District en Angleterre, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2017. L’aventure a commencé par l’établissement d’un hôtel dans l’ancienne maison privée de la grand-mère du copropriétaire actuel, John Cunliffe. En 2010, John et sa femme Christine ont ouvert le Lake House, transformant cet héritage familial vieux de plusieurs générations pour en faire un second lieu d’accueil. Plus tard, le couple créa le Jetty Spa, perché à trois mètres du sol dans la canopée, avec un pavillon séparé qui ressemble à une cabane dans les arbres de luxe pour adultes. Sa vaste salle de soins, avec des baies vitrées du sol au plafond, surplombe le lac, tel un cocon de méditation. Je me suis laissé aller à une profonde détente pendant mon soin, une sensation certainement accentuée par l’environnement naturel.
 

 
 

« Même quand nos hôtes prévoient de passer du temps à explorer les environs, en général, ils ne résistent pas au désir de rester se détendre au Lake House », m’expliquait Mme Cunliffe alors que nous évoquions l’évolution de Gilpin. « La création du spa est apparue comme une évidence pour enrichir cette expérience. » Plus récemment, ils ont développé le Jetty Spa Trail, un parcours ingénieux de trois heures pour se faire dorloter, en commençant par un bain rafraichissant dans la piscine du Lake House avant un soin au spa, suivi d’un thé dans le boat house, et qui se termine au champagne dans la vapeur de l’un des deux jacuzzis. Ce programme est un luxe unique, et surtout, un moment pour ne penser qu’à soi. Parce qu’il est vrai que nous nous autorisons rarement, voire jamais, à nous laisser choyer pendant trois heures d’affilée. C’est ce qu’ont compris les Cunliffe.
 

 
 

"Nos hôtes ne résistent pas au désir de rester se détendre au Lake House"

Grâce à un service et à des idées soigneusement pensées, les Cunliffe ont pu garder une longueur d'avance et résister aux turbulences de l'industrie du voyage. M. Cunliffe se souvient très bien à quel point le marché était radicalement différent à leurs débuts. D’une part, les voyageurs ont commencé à se détourner des séjours d’une semaine pour favoriser de courtes escapades le temps d’un week-end tout au long de l’année. Il affirme : « Nous n’avons jamais cessé de nous adapter. Il y a trente ans, il n’y avait pas de marketing numérique, pas d’agences de voyages à courtiser – nous avons toujours mis l’accent sur la qualité de notre personnel et des propositions hors des sentiers battus. »  

Cette capacité à se démarquer dans le Lake District s'étend également à l’expérience culinaire inattendue. La première nuit de mon séjour, un chauffeur de Gilpin m'a amenée à l'hôtel principal pour dîner au restaurant décontracté et contemporain de l'hôtel, le Gilpin Spice qui célèbre habilement le patrimoine de Cumbria au cœur du commerce des épices. Le repas m’a offert un voyage plein de surprises entre diverses cultures, avec des saveurs venues des Philippines, de Thaïlande, d’Indonésie, du Japon, de Chine et de Malaisie. Les Cunliffe ont été les premiers à proposer une expérience gastronomique asiatique dans le Lake District, attirant ainsi les résidents locaux.

 
 
 

"Nous avons toujours mis l’accent sur la qualité de notre personnel et des propositions hors des sentiers battus."

À l'autre extrémité se trouve Hrishi, le restaurant étoilé Michelin des Cunliffe, dirigé par le chef Hrishikesh Desai, qui éveille la cuisine britannique en y incorporant des notes de saveurs asiatiques. C’est ce zeste supplémentaire, ce zing comme l’appelle le chef, qui sublime chaque plat, tel l’ananas tandoori ou les abricots pochés au safran, ou encore la marmelade de rutabaga et d’oignon. Mais ce qui compte, c’est que l’ensemble se marie harmonieusement.

 
 
 

À la fin de mon séjour, totalement détendue, j’étais ravie de constater que, pour mon corps comme pour mon ventre, Gilpin est une destination où le plaisir et le bien-être résident au cœur de toute chose – et cela se voit.
 

Texte: Lindsey Tramuta
Images dans l'article: © Joann Pai

 

INFORMATIONS

 
Articles connexes dans notre magazine
Le mana māori | de Kauri Cliffs
Le mana māori
de Kauri Cliffs
Cliquez ici pour lire
Le précieux cristal Lalique
Le précieux cristal Lalique
Cliquez ici pour lire