Publié le 09/04/2019

Séjour céleste
dans le désert de l'Atacama

Paysages de cordillère et harmonie avec la culture locale vous attendent à l’Awasi Atacama, au cœur du désert le plus aride du monde. Pour son premier arrêt dans le nord du Chili, Laura Burkitt nous invite à vivre un spectacle à ciel ouvert dans une maison ​​​​​​​pittoresque et authentique.

Séjour céleste | dans le désert de l'Atacama

Le désert d'Atacama au Chili

Paysages de cordillère et harmonie avec la culture locale vous attendent à l’Awasi Atacama, au cœur du désert le plus aride du monde. Pour son premier arrêt dans le nord du Chili, Laura Burkitt nous invite à vivre un spectacle à ciel ouvert dans une maison ​​​​​​​pittoresque et authentique.

En dépit de la sécheresse extrême des lieux, je sirote une limonade maison agrémentée de pétales de rose du désert et d’un petit citron local, le limón de Pica, natif d’une ville un peu plus au nord. Si les citrons peuvent pousser dans le désert... pourquoi pas un hôtel de luxe ?

L’Awasi Atacama est une oasis tout en élégance, abritée derrière les fortifications en terre cuite de San Pedro de Atacama, village ancestral du désert. Ici, il n’est pas rare de voir les touristes jeter un œil dans l’embrasure d’une porte pour y prendre des photos. Dix suites seulement sont disséminées autour d’une cour centrale pavée, où la piscine de l’hacienda vous invite à la fraîcheur, avant une soirée au coin du feu, où l’on prend place sur des coussins chamarrés faits main. L’hôtel offre l’atmosphère d’un petit village Inca au charme exclusif, où la vie est rythmée par l’asado, un barbecue traditionnel – l’occasion de rencontrer des gens, si le cœur vous en dit.
 

 

Votre chambre est entièrement privative avec, en contrebas, une salle de bains en marbre, complétée de douches intérieure et extérieure... parfait pour rincer le sable du désert sur sa peau. En collaboration avec un historien local, l’établissement a su recréer l’architecture ancienne de la région.

Déclinées dans un style traditionnel, les suites offrent pourtant un aménagement moderne : les murs en pisé sont surmontés de toits de chaume circulaires qui régulent la température, tandis qu’un humidificateur (et un baume à lèvres L’Occitane !) combat efficacement la sécheresse de l’air ambiant. Les tissus andins illuminent une palette aux nuances de terre, les portes des chambres arborent des numéros en cuivre local, tandis que les chaussons sont brodés du fameux lézard, symbole du domaine.

Les journées sont dédiées à l’exploration des environs, à leur beauté extraordinaire et parfois irréelle. Dès votre arrivée, vous décidez de l’itinéraire en compagnie de votre guide privé, qui parle couramment plusieurs langues, connaît tous les recoins de ces paysages lunaires et – surtout – saura vous faire découvrir les sites incroyables aux heures désertées par les touristes.

 


Un précieux atout pour apprécier une baignade en solo dans le lac salé, suivie d’un pique-nique aux accents chic, ou pour admirer le coucher de soleil en la seule compagnie de majestueux flamants. Le choix est vaste : randonnées, sources chaudes... et même safaris dans le désert. Pour vous laisser le temps de vous acclimater, les sites perchés aux plus hautes altitudes sont réservés à votre dernier jour.
 


L’Atacama est l’un des sites les plus exceptionnels au monde pour observer les étoiles, et la randonnée astronomique y est incontournable. Et quoi de mieux qu’un observatoire privé – une exclusivité dans la région, à 15 minutes au sud de la ville – pour y observer les anneaux de Saturne, dans un ciel sans pollution lumineuse, tout en dégustant un verre de carménère ou de chocolate caliente ?

L’Awasi Atacama est le seul établissement à proposer des excursions lors de la pleine lune, durant lesquelles tout est mis en œuvre pour garantir la meilleure observation possible en dépit d’un ciel très brillant. 

Chaque soir, le restaurant de plein air vous invite à découvrir des plats qui, sous les étoiles, vous feront monter au septième ciel. Entre terre et mer, le Chili regorge de produits frais, dont s’inspire généreusement Juan Pablo Mardones. L’objectif du chef ? « Amener un soupçon de désert dans l’assiette du convive ». Avouons que ce tour de force est magistralement réussi.

Le menu est une vraie carte de voyage : langue de bœuf argentin en provenance de terres orientales, crevettes pil pil débarquées d’un port de la côte ouest, macarons au sirop de chañar, un arbre de l’Atacama dont le fruit offre la douceur du caramel. Accompagné d’un moscatel de la vallée de Huasco toute proche, le dessert était suivi d’un pisco sours parfumé au rica-rica, une herbe mentholée également locale.
 


Baignée par son riche héritage inca, la région est un haut lieu spirituel. Fabriquées à la main, les poupées andines trouvent leur place à chaque couvert sur les tables, tandis qu’un livre de contes locaux vous attend dans votre chambre. Quoi qu’il en soit, rien de tel qu’un dîner agrémenté de produits du désert, dégusté la tête dans les étoiles, pour rendre un vibrant hommage à Pachamama, la Terre-Mère.

 

 

Les délicieux voyages de Juan Pablo Mardones

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Juan Pablo Mardones et je suis chef à l’Awasi Atacama, où je travaille depuis son ouverture, en 2007. 
 

Un instant exquis dans votre journée type ? 

Mon petit-déjeuner avec mes enfants, avant de les emmener à l’école. Rien de tel que de déguster mon café et mes œufs tout en écoutant ma progéniture, pour bien commencer ma journée !
 

Un souvenir exquis particulièrement mémorable ?

J’ai eu la chance de dîner, en 2015, au French Laundry, dans la vallée de Napa en Californie. The French Laundry était mon premier « vrai » livre de cuisine et a profondément marqué ma carrière sous de nombreux aspects. Des amis proches, que nous avions connus à l’Awasi, ont eu la gentillesse de nous inviter chez eux, en Californie, et de nous faire visiter la région. C’est ainsi que nous avons eu l’occasion de découvrir ce restaurant, qui m’a époustouflé. Cette expérience et l’excellence du service qui y est offert ont été, au final, mon plus grand souvenir « exquis » en tant que chef. 
 

Un lieu exquis que vous appréciez particulièrement ?

La région de Coquimbo au Chili, au nord de Santiago, ravive des souvenirs d’instants simples en famille. Étés sous la tente, fruits de mer frais, empanadas frits, sans oublier le queso mantecoso... autant de délices !
 

Votre ingrédient favori ?

L’univers des pâtes me fascine. À sa fabrication comme à sa dégustation, cet ingrédient est très polyvalent et affiche une grande noblesse. J’aime également tout ce qui a trait à l’asado, le barbecue typique de cette région. Plus qu’un simple repas, c’est un véritable acte social qui mêle fous rires, travail d’équipe, confiance et partage. Des instants absolument fantastiques !
 

Un conseil exquis pour nos clients ?

Cuisinez toujours avec intégrité. Ce n’est pas qu’une question de technique. L’ingrédient est certes essentiel, mais si votre cœur n’y est pas, votre plat n’aura jamais ce petit quelque chose de spécial.
 

Au-delà du goût, qu’est-ce qui rend un plat exquis ? 

La passion et le service, à condition d’y mettre autant de cœur que ce que vous feriez pour votre famille. Sans oublier celles et ceux avec qui vous partagez le repas !
 

Votre plaisir coupable... mais exquis ?

Bonbons, gâteaux, cookies ou encore chocolats ! Ma femme – que j’ai rencontrée à l’Awasi – est un talentueux chef pâtissier. Aussi, il y a toujours quelque chose de savoureux à déguster à la maison.

Photos: © Laura Burkitt
Photo du chef: © Awasi Atacama

 

 

INFORMATIONS

 
Articles connexes dans notre magazine
Raconter 150 ans d’Histoire| de la cuisine française au Japon
Raconter 150 ans d’Histoire
de la cuisine française au Japon
Cliquez ici pour lire
Vignes et volcans à l’hôtel|andbeyond Vira Vira
Vignes et volcans à l’hôtel
andbeyond Vira Vira
Cliquez ici pour lire