Seule sur une île
aux Seychelles

Être seule sur une île privée procure un sentiment à la fois étrange et précieux. Après que mon majordome m’ait fait faire le tour des lieux et parlé des détails pratiques liés à la vie dans une immense villa près d’une plage de sable blanc dans l’archipel des Seychelles, il n’y avait plus que moi.

Seule sur une île | aux Seychelles

Être seule sur une île privée procure un sentiment à la fois étrange et précieux. Après que mon majordome m’ait fait faire le tour des lieux et parlé des détails pratiques liés à la vie dans une immense villa près d’une plage de sable blanc dans l’archipel des Seychelles, il n’y avait plus que moi.

Le sentiment est peut-être le même quand on arrive en famille, avec un ami ou un amoureux, mais je ne saurais le dire. J’ai à peine vu d’autres clients, en tout cas pas de près. Ils n’étaient peut-être que le fruit de mon imagination insulaire, un mirage marin. Et s’ils étaient vraiment réels, j’imagine qu’ils ont apprécié la distance entre nous.

J’ai vu une ou deux fois des empreintes de pas qui n’étaient pas les miennes, sans doute celles laissées par les allées et venues de mon majordome, une sorte de mystérieux Reginald Jeeves s’introduisant à pas feutrés pour recharger mon buggy de plage électrique, remplir ma boîte à cookies, mon panier de fruits et mes stocks de dosettes de café, me laisser des messages secrets sur le tableau noir et arranger les coussins sur le lit de rêve installé devant la piscine. J’ai aussi remarqué d’autres empreintes, et même plusieurs : celles des oiseaux avec leurs petites griffes, mais aussi les marques bien particulières laissées par les nageoires d’une tortue de mer qui s’était frayé un chemin hors de l’eau pour aller pondre ses œufs dans le sable.

 


L’écologiste Tarryn Retief de l’île du Nord a réussi à détourner mon attention des pétoncles et des noix de coco avec les mots suivants : « Tu vas adorer. On ne voit ça qu’une fois dans sa vie. On a repéré une tortue en train de faire son nid. » 

« Une Eretmochelys imbricata ou une Chelonia mydas ? » ai-je demandé.

Bon, je n’ai pas vraiment prononcé ces mots, mais j’ai soudain ressenti l’envie sincère de devenir une experte des tortues pendant mon séjour dans ce paradis naturaliste. La bonne réponse à ma question aurait été la tortue imbriquée, mais l’île est aussi un site de nidification stratégique pour la tortue verte. Ces deux espèces sont officiellement protégées dans les eaux des Seychelles depuis 1994.

Tarryn et moi sommes restées accroupies à quelques mètres de la femelle qui recouvrait ses œufs fraîchement pondus avec ce même sable qui me chatouillait les pieds. Puis, elle a lentement, très lentement traîné son corps un peu gauche sur la plage pour rejoindre l’eau d’un doux bleu poudré. Je n’étais pas pressée non plus. Comme l’avait dit Tarryn, être témoin d’un tel phénomène représente l’un de ces moments privilégiés où la vie nous expose à sa magie secrète, à des choses que seuls des lieux comme une plage protégée sur une île privée peuvent vous offrir. Les œufs mettront deux mois à éclore avant que les minuscules tortues de mer se dispersent sur le sable blanc.

 


Ici, les défenseurs de l’environnement et les écotouristes bénévoles patrouillent chaque jour sur les quatre plages en quête de signes des tortues. Ils marquent les nids qu’ils découvrent avec des bambous et une noix de coco sur laquelle ils inscrivent la date de ponte et l’espèce. Ils enregistrent toutes les informations concernant les tortues qui portent déjà un badge d’identification et équipent les autres de leur propre plaque en titane. L’île assure ainsi le suivi de la nidification des tortues marines depuis 1998, avec une collecte de données systématique depuis 2004. Elle a vu doubler le nombre de tortues imbriquées qui viennent y pondre leurs œufs et celui des tortues vertes a été multiplié par six.

Un soir, on s’est approchées un peu plus près et j’ai ressenti toute la puissance des rares connexions qu’on peut établir dans un endroit aussi isolé. Curieuses, Tarryn et moi avions randonné en prenant notre temps, traînant nos carapaces – sacs à dos chargés d’appareils photo, de nourriture et d’eau – à travers les collines de jungle qui surplombent l’île comme autant de postes d’observation sur la vie fragile en contrebas.

Nous sommes rentrées plus tard que prévu alors qu’un barbecue m’attendait sur la plage avec mon ami qui venait d’arriver. Nous avons admiré le ciel qui passait du bleu au rose, puis du violet au noir pendant que la nuit tombait. Même dans la lueur du crépuscule, Tarryn a repéré ces signes subtils indiquant qu’une tortue avait gagné la plage depuis la mer.

 


Nous avons suivi les traces et nous sommes agenouillées à l’endroit où elles s’arrêtaient, sur une bande de sable au milieu de la végétation : une tortue verte était en train de se hisser au-dessus du trou qu’elle venait de creuser.

J’ai retenu ma respiration quand Tarryn m’a fait signe de garder le silence en sortant une lampe torche à infrarouge. Quand elle l’a braquée devant nous, j’ai découvert de minuscules œufs ronds, mous et souples ne ressemblant à rien de ce que j’avais imaginé tomber dans ce nid, comme une centaine de balles de ping-pong en caoutchouc, comme de petites étoiles dans la nuit.

Pensant que la jeune maman méritait un peu d’intimité, je suis partie en buggy pour rejoindre le barbecue, pour retrouver les lanternes entourant une pagode sur le sable, des plats de poisson fraîchement pêché dans les eaux que j’admirais au clair de lune, pour un ami, de nouvelles histoires à partager et des projets plein la tête pour ma prochaine journée sur mon île privée loin de tout.

Un sentiment en effet aussi étrange que précieux.

 

À propos de North Island 

North Island est l’une des îles privées les plus exclusives du monde. Elle n’accueille que 11 villas sur ses plages de sable blanc au milieu d’une nature tropicale, de récifs en filigrane et d’un océan Indien bleu azur invitant les hôtes à découvrir la région en pratiquant le snorkelling, la plongée sous-marine, la pêche, le kayak, le paddle et le vélo, lors de croisières au coucher du soleil, de séances de yoga sur la terrasse en bois ou de massages avec vue sur la mer et son silence magique. 

 

INFORMATIONS

 
Articles connexes dans notre magazine
Château de Bagnols, |en charme et majesté
Château de Bagnols,
en charme et majesté
Cliquez ici pour lire
Échappées belles |en Nouvelle-Zélande : partie 1
Échappées belles
en Nouvelle-Zélande : partie 1
Cliquez ici pour lire