Destination Marrakech:
ouverture du nouveau musée YSL

Marrakech accueille depuis le mois d’octobre un nouveau musée en hommage à Yves Saint Laurent. Le couturier français a fait de la ville ocre sa seconde maison et la source de ses inspirations. Il y a laissé son indéniable empreinte. Immersion au cœur de son héritage.

Destination Marrakech:|ouverture du nouveau musée YSL

Façade est du musée YSL Marrakech, © Fondation Jardin Majorelle / Photo Nicolas Mathéus

Marrakech accueille depuis le mois d’octobre un nouveau musée en hommage à Yves Saint Laurent. Le couturier français a fait de la ville ocre sa seconde maison et la source de ses inspirations. Il y a laissé son indéniable empreinte. Immersion au cœur de son héritage.

« Marrakech a été un coup de foudre exceptionnel », a déclaré Pierre Bergé, le compagnon de longue date du couturier français Yves Saint Laurent, peu avant sa mort, en septembre dernier. Après un premier séjour en 1966, le duo y a souvent vécu pour l’atmosphère unique de la ville et pour l’inspiration que Saint Laurent a pu y puiser. Marrakech ayant joué un rôle important dans leur vie, Pierre Bergé avait souhaité rendre hommage au créateur, mais aussi à la ville qui le fascinait tant, en y créant un musée consacré à sa vie et à son œuvre.

Yves Saint Laurent, Place Djemaa El Fna © Reginald Gray

Natif d’Oran, en Algérie, l’avant-gardiste Yves Saint Laurent commença sa carrière chez Christian Dior, avant d’ouvrir sa propre maison de couture avec Pierre Bergé, à la fin des années 1950. Il révolutionna les garde-robes féminines en créant le premier smoking, le costume pantalon et la combinaison. S’inspirant des codes vestimentaires masculins, il donna aux femmes une confiance et une audace dont elles avaient grand besoin, en distillant des symboles de pouvoir, tout en célébrant leur féminité.

Entrée de la salle YSL © Fondation Jardin Majorelle / Photo Nicolas Mathéus

Depuis la mort du créateur, en 2008, son héritage demeure bien vivant grâce à sa maison de couture, mais aussi grâce aux deux musées fondés par Pierre Bergé. Le premier se trouve dans l’ancien atelier Yves Saint Laurent à Paris, et le second à Marrakech, cette ville qui l’avait ensorcelé, et où il se réfugiait, peut-être parce qu’elle lui rappelait tant son Oran bien-aimée.

La ville a influencé non seulement ses silhouettes fluides, inspirées de la djellaba, mais aussi son utilisation de la couleur. « C’est lorsque j’ai découvert le Maroc que j’ai compris que mon chromatisme était celui des zelliges et des zouacs, des djellabas et des burnous. Les audaces qui sont depuis les miennes, je les dois à ce pays, à la violence des accords, à l’insolence des mélanges, à l’ardeur des inventions. Cette culture est devenue la mienne, mais je ne me suis pas contenté de l’absorber : je l’ai prise, je l’ai transformée et je l’ai adaptée », a déclaré Yves Saint Laurent.

Vue de la salle YSL © Fondation Jardin Majorelle / Photo Nicolas Mathéus

Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech est situé rue Yves Saint Laurent, à deux pas du jardin Majorelle, où vivaient le créateur et Pierre Bergé. Rénové avec amour par le couple, le jardin est un havre de paix fait d’allées ombragées par des arbres imposants et d’étangs couverts de nénuphars. C’est l’un des sites les plus visités de Marrakech.

Façade du musée © Fondation Jardin Majorelle / Photo Nicolas Mathéus

Avec son bâtiment en terre ocre, le nouveau musée se fond dans le paysage de Marrakech, faisant écho aux murs de la médina labyrinthique, à proximité. Les courbes extérieures rappellent la texture du coton tissé, tandis que les murs intérieurs, lisses, évoquent la doublure d’une veste de smoking du créateur. « Les allusions à son travail restent subtiles. Parfois, c’est un plancher qui s’incurve, comme une cape effleure le sol », ont déclaré Olivier Marty et Karl Fournier du Studio Ko, chargés, par Pierre Bergé, de la conception du musée.

Terrasse du café " Le Studio " © Fondation Jardin Majorelle / Photo Nicolas Mathéus

Les grandes pièces de la carrière de Saint Laurent sont mises en valeur, soulignant les dichotomies entre masculin et féminin, noir et blanc, Europe et Afrique. À l’instar du musée – extérieur texturé, intérieur soyeux –, elles font référence aux deux facettes du créateur.

" Le cabinet de curiosités " © Fondation Jardin Majorelle / Photo Nicolas Mathéus

« Marrakech a été un coup de foudre exceptionnel »

Pierre Bergé est malheureusement décédé quelques semaines seulement avant l’ouverture du musée au public. Ultime adieu de son compagnon de vie, le musée permettra à l’histoire Yves Saint Laurent de se poursuivre, et le créateur verra ainsi son rêve de voir son œuvre étudiée, exaucé.

Pierre Bergé et Yves Saint Laurent © DR

 

Pour les lecteurs qui prévoient un voyage dans la ville impériale, Marrakech se prête à tous les goûts, en matière d’hébergement:

 

  • L’une des options les plus séduisantes de la médina est l’intimiste Villa des Orangers. Riad typique aux cours verdoyantes et piscines chatoyantes, ses intérieurs somptueux et confortables mettent en valeur l’artisanat marocain, tandis que le toit-terrasse offre une vue à couper le souffle sur la ville et les sommets enneigées de l’Atlas.

Les clients de l’hôtel peuvent opter pour un pass spécial leur donnant accès au Musée Yves Saint Laurent, au jardin Majorelle et au Musée berbère.

 

  • Pour les clients souhaitant séjourner en dehors de la médina animée, le très élégant Ksar Char-Bagh est l’endroit idéal. Ce palais mauresque niché dans une palmeraie, à 10 minutes de la médina, donne l’impression de séjourner dans une oasis privée. Ce havre de paix et de tranquillité est composé de 15 suites, dont certaines avec une piscine privée. 

Pour une immersion dans le Marrakech d’Yves Saint Laurent, les clients peuvent réserver le package « Le Ksar & Yves Saint Laurent univers » à partir de 975€ du 17 décembre 2017 au 7 janvier 2018.

 

Articles connexes dans notre magazine
Château de Bagnols, |en charme et majesté
Château de Bagnols,
en charme et majesté
Cliquez ici pour lire
Échappées belles |en Nouvelle-Zélande : partie 1
Échappées belles
en Nouvelle-Zélande : partie 1
Cliquez ici pour lire