Luxembourg, une capitale
méconnue au cœur de l’Europe

Anciennes forteresses, musées ultra modernes et décor scénique situé au sommet d'une falaise : Luxembourg-Ville, la capitale enchanteresse du Grand-Duché, vaut le déplacement pour un week-end.

Luxembourg, une capitale | méconnue au cœur de l’Europe

Anciennes forteresses, musées ultra modernes et décor scénique situé au sommet d'une falaise : Luxembourg-Ville, la capitale enchanteresse du Grand-Duché, vaut le déplacement pour un week-end.

Au Luxembourg, il existe une légende célèbre, celle d'une sirène, Mélusine, qui était si belle que le Comte Sigefroi, fondateur de la Maison du Luxembourg, en tomba éperdument amoureux. Pendant des années, ils vécurent heureux ensemble, jusqu'au jour où le comte, alors inconscient de la véritable nature de sa femme, l’aperçut avec sa queue de poisson découverte. À ce moment-là, Mélusine laissa entendre un cri perçant et fut engloutie par la terre. La légende veut que, depuis lors, son esprit enfermé charme les rives de l’Alzette, la rivière luxembourgeoise.  
 

 

Un lieu avec un mythe fondateur tel que celui-ci doit forcément ressembler à un conte de fées. Une végétation luxuriante borde les falaises spectaculaires sur lesquelles sont perchés les vieux quartiers historiques de Luxembourg-Ville, tandis que de petits ruisseaux coulent à travers le quartier pavé de la vallée. Une série de ponts en arc, d’escaliers et de pentes relie la ville haute et la ville basse selon un effet pictural, s’intégrant parfaitement aux importants vestiges de ses anciennes fortifications. Plus récemment, le plan médiéval emblématique de la ville est devenu la toile de fond d’une scène artistique contemporaine florissante, d'un secteur bancaire dynamique et d’une population la plus multiculturelle d’Europe.
 

 
 

À l’instar de la capitale du Grand-Duché, l’Hôtel Le Place d’Armes, mon second « chez moi » pour le week-end, est le fruit d’un mariage harmonieux entre l’ancien et le nouveau, l’historique et le moderne. Les 28 chambres et suites de l’hôtel s'étendent sur sept bâtiments datant du XVIIIe siècle, reliés par un réseau de patios verdoyants, vérandas, terrasses sur le toit et d’escaliers en colimaçon originaux : un petit château au cœur de la ville, ainsi qu’Hubert Bonnier, le Maître de Maison, aime le décrire. Le décor est à la fois classique et contemporain, chaque plafond avec poutres en bois et chaque mur en stuc orné rendant hommage au caractère historique de la structure. La Cristallerie est baignée d'une lumière chaleureuse qui passe à travers les vitraux style Art Nouveau, créant une atmosphère magique sublimée par la cuisine du chef Fabrice Salvador. Du bœuf Kobé japonais travaillé de 3 façons à la sole de ligne accompagnée d’ormeaux, des menus dégustation de saison, mettant les produits à l’honneur, sont servis au restaurant gastronomique de l’hôtel et surprennent avec leurs saveurs subtiles et leurs associations originales. Deux autres adresses – le Café de Paris au style bistrot et la rôtisserie Le Plëss – viennent compléter l'offre culinaire de l’hôtel, grâce à une atmosphère conviviale et deux terrasses ouvertes sur la Place d’Armes animée.
 

L’hôtel Le Place d’Armes, un mariage harmonieux entre l’historique et le moderne
Le restaurant La Cristallerie avec ses vitraux style Art Nouveau

À deux pas de l’hôtel Le Place d’Armes se trouvent tous les principaux sites de la ville de Luxembourg, parmi lesquels le Palais Grand-Ducal, la Cathédrale Notre-Dame et les Casemates, un complexe impressionnant de galeries et tunnels souterrains taillés dans le rocher du Bock. Je passe mon week-end à déambuler à travers les étroites rues médiévales, à flâner devant des maisons aux couleurs pastel et à emprunter la promenade piétonne du Chemin de la Corniche pour admirer le panorama de cette ville aux multiples niveaux. Le tram flambant neuf de Luxembourg-Ville me fait traverser le pont de la Grande-Duchesse Charlotte (plus connu sous le nom de pont rouge) et m’emmène dans le quartier des affaires du Kirchberg, où les tours en verre et une architecture moderne prédominent. Voisines des sièges sociaux d’établissements financiers et des institutions européennes, sont hébergées deux des meilleures attractions culturelles de la ville, le Musée d’Art Moderne (Mudam) conçu par Ieoh Ming Pei et la salle de concerts futuriste, La Philharmonie Luxembourg. À l’extérieur du Mudam s’étend le Parc des Trois Glands depuis lequel je m’émerveille de voir la vieille ville se déployer de l’autre côté : un autre monde au sein d'une seule et même ville, semble-t-il.
 

Le Musée National d'Histoire et d'Art (MNHA)
 

Toute visite de Luxembourg-Ville finira vraisemblablement au Grund, un quartier situé plus bas, qui ressemble davantage à un village qu’à une capitale européenne importante. Ici, sur les rives de l’Alzette, le chef Ilario Mosconi et sa femme Simonetta ont ouvert leur restaurant italien, deux étoiles au guide Michelin, il y a près de vingt ans. Mosconi sert le style de cuisine simple mais raffinée qui permet aux produits de briller dans toute leur splendeur : fleurs de courgettes farcies à la ricotta, langoustine sur un lit de tomates des Pouilles, et entrecôte de veau piémontaise aux truffes blanches, tous les ingrédients provenant de petits producteurs italiens que le chef connaît personnellement. Le décor au bord de l’eau, où est situé le restaurant, – avec un vieux pont en pierre connu pour ses vues pittoresques de la ville haute – fait partie des plus envoûtants de la ville. Il ne fait aucun doute que même Mélusine, l’illustre nymphe de la rivière luxembourgeoise, aurait été totalement ensorcelée.
 

Le Restaurant Mosconi et sa terrasse au bord de l'eau
Le chef Ilario Mosconi, originaire de Lombardie, et sa femme Simonetta
Fleurs de courgettes farcies à la ricotta
Homard sur un lit de tomates

 

Articles connexes dans notre magazine
Vevey, | la fête d’une génération
Vevey,
la fête d’une génération
Cliquez ici pour lire
Villa Cordevigo, | histoire d'amour à Vérone
Villa Cordevigo,
histoire d'amour à Vérone
Cliquez ici pour lire