Publié le 28/10/2019

Valverde :
un secret lisboète

Installé sur la fameuse Avenida da Liberdade, l’hôtel Valverde cache derrière sa façade sculptée du XIXe siècle un vaste et luxuriant patio. Du matin au soir, toute la vie de l'établissement pétille ici, du petit déjeuner jusqu’aux soirées fado, réputées parmi les meilleures de la ville.

Valverde : |un secret lisboète

Installé sur la fameuse Avenida da Liberdade, l’hôtel Valverde cache derrière sa façade sculptée du XIXe siècle un vaste et luxuriant patio. Du matin au soir, toute la vie de l'établissement pétille ici, du petit déjeuner jusqu’aux soirées fado, réputées parmi les meilleures de la ville.


Le marquis de Pombal serait bien étonné de voir que l’avenue de la liberté qu’il a fait édifier au milieu du XVIIIe siècle est aujourd’hui devenue l’une des dix artères les plus chères du monde au mètre carré. Séduites par sa largeur (90 mètres) et ses contre-allées ombragées, les boutiques de luxe y ont élu domicile. Louis Vuitton, Prada ou Gucci sont les voisins de trottoir de l’hôtel Valverde qui a ouvert ici il y a cinq ans, avant de devenir membre de Relais & Châteaux en avril 2019.



Deux ans de travaux ont été nécessaires au duo d’architectes portugais Jose Pedro Vieira et Diogo Rosa pour transformer cet ancien siège de société en un hôtel de grand confort. Conservant les éléments fort, comme l’escalier aux balustres de fonte, ils en ont cependant repensé la décoration de fond en comble.



Le Valverde, qui, grâce à l’achat de deux immeubles mitoyens, doublera sa capacité d’ici à 2020 et disposera d’une piscine chauffée sur une terrasse en étage, compte aujourd’hui 25 chambres et suites. Chacune des chambres possède sa propre atmosphère, due au choix des meubles contemporains ou chinés chez des antiquaires, à la couleur dominante qui diffère de l’une à l’autre, mais aussi aux tableaux et gravures installés ici et là sur les murs.



Les salles de bains sont pour la plupart tapissées de marbre noir veiné de blanc. Celle de la suite Valverde située au sixième et dernier étage (vue extraordinaire sur les toits de la ville et le vieux château de Lisbonne) héberge une imposante baignoire d’esprit vintage.



Outre les vues sur la cité, les frondaisons de l’avenue ou le vaste patio de l’hôtel, on remarque ici le soin apporté au choix des tissus et des confortables tapis présents dans chaque chambre. Et une nouvelle fois différents de l’une à l’autre, pour créer cette impression de maison de famille.



Mais le point fort du Valverde, ce qui fait toute sa singularité, reste bien sûr son immense patio au look ultradesign. Ceinturé de hauts murs recouverts de tôle noire et mate, il donne l’impression d’un écrin où s’épanouissent fougères arborescentes ou cyperus papyrus.



Le bar-restaurant Sítio s’ouvre par de larges baies vitrées sur ce patio, cœur véritable de l’hôtel. Dès le petit déjeuner, les hôtes du moment viennent se servir au buffet et s’installent au milieu de cette verdure tropicale.



Aux commandes du restaurant, la cheffe d’origine capverdienne Carla Sousa. Elle propose une carte courte où l’accent est mis sur les produits phares de la cuisine portugaise : gaspacho a alentejana, asperges sauvages, ragoût de pois aux œufs et bien sûr l’incontournable bacalhau, la morue, servie ici avec une compotée d’oignons et des pommes chips ultralégères.



Point d’orgue de la vie du patio, les soirées fado, organisées de façon très régulière. On est ici très loin du folklore touristique, et les Lisboètes avertis y viennent, le temps d’un verre ou d’une soirée (la cheffe propose une carte spéciale pour ces concerts), applaudir des artistes au style authentique. Un adjectif que le Valverde a fait sien.

 

Articles connexes dans notre magazine
Stock Exchange, |la deuxième vie de |la Bourse de Manchester
Stock Exchange,
la deuxième vie de
la Bourse de Manchester
Cliquez ici pour lire
En Armagnac, |aux bons soins des Guérard
En Armagnac,
aux bons soins des Guérard
Cliquez ici pour lire