Le Bushmans Kloof : le gîte, le couvert et… le feu

À seulement 270 km du Cap, dans les montagnes du Cederberg, le Bushmans Kloof Wilderness Reserve est un havre naturel de plaines à perte de vue. Un paradis de la biodiversité qui porte l’empreinte de nos ancêtres, les Bochimans.

Le Bushmans Kloof : le gîte, le couvert et… le feu

À seulement 270 km du Cap, dans les montagnes du Cederberg, le Bushmans Kloof Wilderness Reserve est un havre naturel de plaines à perte de vue. Un paradis de la biodiversité qui porte l’empreinte de nos ancêtres, les Bochimans.

Suivez Eric Wolfinger pendant 48 heures d’aventure au milieu des montagnes du Cederberg - troisième et dérnier épisode.

Au menu du dîner au Bushmans  : une agréable et prometteuse cuisine inspirée du potager. Ryan Weakley, le chef sud-africain arrivé en janvier dernier, a travaillé auparavant dans diverses réserves isolées en Afrique. Il collabore avec une équipe de trois jardiniers à temps plein qui cultivent une grande variété d’herbes, salades, fleurs comestibles, fruits et légumes pour le bar (un mojito unique en son genre !) et le restaurant.

Organic garden at Bushmans Kloof

Futur plat signature, son carpaccio de steinbock est l’image parfaite de la cuisine du territoire qu’il propose : relevé d’une touche de zeste d’orange pour atténuer le goût de gibier de la viande, il est servi sur un lit d’oignons caramélisés, accompagné de champignons légèrement vinaigrés et d’une gremolata (NDLT : condiment italien à base de persil, ail et zeste d’agrumes) qui apportent une note fraîche à l’ensemble. Les plats sont secondés par une large liste de vins de garde sud-africains, une rareté dans un pays où la plupart des vins sont bus jeunes alors qu’ils peuvent développer une élégance troublante et complexe dès lors qu’ils vieillissent dans de bonnes conditions. Le taux de change actuel fait le bonheur de l’œnophile audacieux payant en dollars et Michel Bouic, le sommelier, n’est que trop content de vous conseiller dans votre choix.

Lors de notre dernière sortie, Londi récompense mon enthousiasme pour ses talents de conteur en m’emmenant sur un site particulier, bien en dehors du périmètre où il conduit habituellement les hôtes. Nous arrêtons le camion près d’une grotte à flanc de falaise. En approchant de l’entrée, j’aperçois des éclats de roche qui couvrent le sol ; Londi me confirme qu’il s’agit bien de fragments d’outils et que cette grotte n’était pas un abri temporaire mais un lieu de vie où les Bochimans se sont rassemblés sur de plus longues périodes de temps.

Une fois à l’intérieur, Londi sort deux bâtons de son sac. Il admet n’avoir pas pu trouver ceux qu’il faudrait pour démarrer un feu mais nous tentons notre chance malgré tout. Pendant quinze minutes nous nous relayons pour les frotter l’un contre l’autre. Nous transpirons, nos mains nous font mal, et nous sommes encore loin d’avoir la moindre braise. De retour au camion, Londi récompense nos efforts avec un gin tonic que nous savourons devant le coucher de soleil.

La nuit est déjà tombée lorsque nous prenons le chemin du retour et je suis tout occupé à penser au dîner. Soudain, Londi pile. Il sort du camion et dans la lumière des phares se met à observer des empreintes superficielles laissées sur la route sableuse. Il se met à quatre pattes pour les étudier de plus près et commence à penser à voix haute : « Vous voyez la façon dont ces traces s’entrecroisent… On dirait que deux serpents se sont frayés un chemin sur la route… Il n’y a guère plus d’une demi heure vu qu’il n’y a pas de trace de pneu fraîche qui les recouvre. »

Ce qui était important pour les Bochimans, m’explique-t-il, ce n’était pas seulement de trouver une trace et d’identifier quel animal l’avait laissée, c’était aussi de reconstruire toute l’histoire grâce à l’analyse des moindres détails de ces empreintes. Comme les Bochimans, Londi est avant tout un conteur. Bushmans Kloof est l’endroit parfait pour s’immerger dans ces histoires et se connecter à nos ancêtres — le gîte, le couvert et le feu inclus dans le prix.

Retrouvez les deux premiers épisodes : 
Le Bushmans Kloof : retour aux racines de l’humanité
Le Bushmans Kloof : dans la grotte

Articles connexes dans notre magazine
Échappées belles |en Nouvelle-Zélande : partie 1
Échappées belles
en Nouvelle-Zélande : partie 1
Cliquez ici pour lire
Chantilly: |la pause parisienne
Chantilly:
la pause parisienne
Cliquez ici pour lire