Le Bushmans Kloof : dans la grotte

À seulement 270 km du Cap, dans les montagnes du Cederberg, le Bushmans Kloof Wilderness Reserve est un havre naturel de plaines à perte de vue. Un paradis de la biodiversité qui porte l’empreinte de nos ancêtres, les Bochimans.

Le Bushmans Kloof : dans la grotte

À seulement 270 km du Cap, dans les montagnes du Cederberg, le Bushmans Kloof Wilderness Reserve est un havre naturel de plaines à perte de vue. Un paradis de la biodiversité qui porte l’empreinte de nos ancêtres, les Bochimans.

Suivez Eric Wolfinger pendant 48 heures d’aventure au milieu des montagnes du Cederberg - deuxième épisode.

« Chez les Bochimans, on était un homme à partir du moment où l’on savait chasser un animal d’une certaine taille et allumer le feu pour le cuisiner. »

Londi me laisse le temps d’assimiler ce qu’il vient de dire, avant d’ajouter : « Pas évident… »

Alors qu’il m’explique comment fabriquer des pointes de flèches empoisonnées, traquer une proie et démarrer un feu en frottant deux bâtons l’un contre l’autre, mon ventre commence à se manifester. Tiraillé par la faim, je me demande comment je m’y prendrais pour subvenir à mes besoins dans ce paysage.

L'abondance d’abris, d’eau et de nourriture explique pourquoi les Bochimans avaient choisi ces terres. Et pourtant, livré à moi-même, je n’y ferais probablement pas long feu… Même si nos ventres ont ressenti la même faim et que les mains qui ont réalisé ces peintures rupestres ne sont pas différentes des miennes, je me sens humble en pensant à ces centaines de générations d’hommes et de femmes qui ont réussi à survivre ici.

Les mêmes avancées rocheuses qui nous abritent aujourd’hui du soleil ont protégé des éléments leurs peintures pendant des milliers d’années. Et aussi simples qu’elles soient, il y a quelque chose d’étonnamment captivant dans l’art des Bochimans. J’ai exploré d’anciennes églises creusées dans des collines désertiques, campé au sommet d’un temple Inca et même mangé des champignons hallucinogènes en haut d’une pyramide Maya. Mais aucun grand monument de l’histoire humaine ne m’a autant plongé dans le passé que ces silhouettes ocres et élancées qui dansent sur la roche devant nous.

Sur le chemin du retour, je demande à Londi si il sait allumer un feu avec deux bâtons. « Oh, oui » me répond-il avec une confiance timide. A ma requête d’apprendre à le faire, il répond par un « bien sûr, nous pouvons faire cela », tout comme il l’aurait fait à la demande d’un autre hôte d’organiser un pique-nique.

Le personnel du Bushmans Kloof est capable de toutes les prouesses pour ses hôtes, mais pour la leçon de feu, Londi émet une petite réserve : « il faut simplement que je trouve les bâtons adéquats. »

Suite au prochain épisode...

Retrouvez les autres épisodes :
Le Bushmans Kloof : retour aux racines de l'humanité
Le Bushmans Kloof : le gîte, le couvert et… le feu

Articles connexes dans notre magazine
Safari en Afrique du Sud
Safari
en Afrique du Sud
Cliquez ici pour lire
Le Comté de Sonoma | toujours debout
Le Comté de Sonoma
toujours debout
Cliquez ici pour lire