La vie décontractée
à L’Albereta

Lorsqu’on arrive à L’Albereta, en Franciacorta, la région des lacs de Lombardie, à l’est de Milan, le décor paisible fait l’effet d’un secret. Un passage à travers les vignobles mène à une villa de campagne majestueuse, habillée de plantes grimpantes, qui surplombe le lac d’Iseo et sa vallée.

La vie décontractée | à L’Albereta

Lorsqu’on arrive à L’Albereta, en Franciacorta, la région des lacs de Lombardie, à l’est de Milan, le décor paisible fait l’effet d’un secret. Un passage à travers les vignobles mène à une villa de campagne majestueuse, habillée de plantes grimpantes, qui surplombe le lac d’Iseo et sa vallée.

Les nuages descendant de la forêt pour recouvrir doucement la vallée et la surface du lac lui donnent un air onirique. La Franciacorta est une destination gastronomique en plein essor. L’installation des jetées flottantes orange de Christo sur le lac d’Iseo, à l’été 2016, lui a valu beaucoup d’attention. Mais il est temps de faire plus ample connaissance avec la région, et L’Albereta est l’endroit idéal. Offrant une cuisine dynamique, un spa reposant et une base pour explorer les environs, ce refuge est votre prochain coup de cœur.

À l’ombre des arbres, le patio est au centre de la vie décontractée à L’Albereta. À peine assis dans la douce lumière du soleil, vous n’aurez plus aucune envie de partir. C’est là qu’est servi le petit déjeuner, que vous auriez tort de croire léger, avec son merveilleux pain fait maison et ses œufs brouillés dangereusement délicieux. Bien décidé à vous contenter d’un repas modeste à midi, vous voici pourtant derechef attablé devant des pâtes et un verre de vin, peut-être suivi d’un deuxième. Vous pourrez en effet choisir par exemple un formidable chardonnay Bellavista, issu de raisins cueillis sur ce coteau même, ou l’un des divers vins mousseux, provenant tous de l’exploitation primée appartenant à la famille qui possède l’hôtel. Telle est la dolce vita que promet la région.

Dans les hôtels italiens, je préfère souvent la simplicité des restaurants type trattoria à une gastronomie sophistiquée. L’Albereta m’a fait changer d’avis. La cuisine ambitieuse du Ristorante LeoneFelice, élaborée par le chef de renom Fabio Abbattista, révèle son élégance et sa technique sûre, exempte d’affectation et de féculents amidonnés. Au menu figuraient certes de petits gnocchi (avec un peu de caviar pour faire bonne mesure), d’apparence simplissime, mais si légers et enchanteurs que je me suis pris à rire. Parmi d’autres mets mémorables, je pense à ce homard bleu grillé, ainsi qu’à une remarquable entrée de seiche. De savants accords avec les vins, puis une bonne grappa affinée bue au bar m’ont enveloppé d’une brume dorée qui m’a suivi jusque dans ma chambre, où j’ai contemplé le coucher du soleil sur le lac.

Le lendemain soir, mon humeur me poussant vers quelque chose de plus simple, je suis descendu à la fameuse pizzeria de l’hôtel, La Filiale. La pâte, faite main, d’une légèreté incroyable, s’accorde aussi bien avec les pizzas plus traditionnelles – aux tomates San Marzano, à l’ail et à l’huile d’olive locale – qu’avec les plus ambitieuses, garnies de chèvre affiné et de bacon fumé. Ne négligez toutefois pas les calzones frites, dignes d’un véritable culte. Le tout rehaussé par des mariages saisissants avec des vins locaux pleins de vivacité.

Cependant, tout ne tourne pas autour de la gastronomie et du vin (même si je serais le dernier à m’en plaindre). Le Spa Espace Chenot satisfera les exigences des experts en la matière (qui se reconnaîtront). Vous pourrez, comme moi, y faire des longueurs dans la piscine, ou bien passer les portes coulissantes du fond pour aller lire dans le patio, idéal avec ses chaises longues. Un cadre idyllique pour revenir à la réalité après une séance hammam ou sauna, ou un soin thermal. Un jour, je suis descendu jusqu’au lac d’Iseo, à vingt minutes de voiture, avec son charmant village endormi sur l’eau. On peut y prendre le ferry pour Monte Isola, une petite île au bout du lac. Ses versants boisés descendent jusqu’à l’eau bleu vif qui lèche ses rives, conférant au décor une atmosphère fabuleuse. Tous les mouvements s’y font au ralenti, probablement parce que personne n’a envie de partir.

Quoi de plus naturel que de mettre en avant le terroir, la sensation unique d’un lieu, au risque de paraître grandiloquent. Quand l’effet opère, il n’a nul besoin d’explication. Il s’impose comme logique et inévitable. Pour L’Albereta, pionnière dans la région, cette équation a fonctionné à merveille. L’hôtel a su attirer des admirateurs, de Milan d’abord, puis de plus loin en Europe. Aujourd’hui, cette destination internationale offre un mode de vie si doux qu’il ne peut rester secret indéfiniment. Comme dans tous les bons rêves, on souhaite ne jamais se réveiller.
 

 

Articles connexes dans notre magazine
Échappées belles |en Nouvelle-Zélande : partie 1
Échappées belles
en Nouvelle-Zélande : partie 1
Cliquez ici pour lire
Chantilly: |la pause parisienne
Chantilly:
la pause parisienne
Cliquez ici pour lire