48 heures à Kyoto
dans l'œil de Lauren Wells

Autrefois capitale du Japon, Kyoto est une ville empreinte d’histoire, mêlant vie moderne et traditions magnifiques. La découverte la plus merveilleuse de la « véritable » Kyoto se fait probablement en logeant dans un ryokan: Kanamean Nishitomiya, vieux de 145 ans, est un incontournable.

48 heures à Kyoto | dans l'œil de Lauren Wells

Autrefois capitale du Japon, Kyoto est une ville empreinte d’histoire, mêlant vie moderne et traditions magnifiques. La découverte la plus merveilleuse de la « véritable » Kyoto se fait probablement en logeant dans un ryokan: Kanamean Nishitomiya, vieux de 145 ans, est un incontournable.

Nous étions à l’Arabica dans le quartier d’Higashiyama lorsque nous avons observé deux geishas en kimonos mettant en scène leurs latte glacés pour les publier sur Instagram, un temple bouddhiste de 5 étages en arrière-plan. La juxtaposition donne à la ville un tel charme et offre une immersion dans sa culture, à la fois passée et actuelle.

Séjourner dans une auberge traditionnelle demeure la façon la plus merveilleuse de découvrir la « véritable » Kyoto, et aucun ryokan ne peut être comparé au Kanamean Nishitomiya, vieux de 145 ans. Dès que vous marchez pieds nus sur l’épaisse moquette et que vous êtes escortés à votre chambre recouverte de tatamis, vous savez que votre séjour va être une expérience spéciale. Parmi nos détails préférés figuraient les kimonos (à porter aussi bien pour le petit déjeuner que pour le dîner), la baignoire en bois pour le bain, et l’incroyable collection d’œuvres d'art essaimée partout dans l'hôtel. Les dîners servis étaient les traditionnels Kaiseki, tandis que l’on avait le choix entre petits déjeuners « occidentaux » ou « traditionnels ». Nos hôtes avaient un goût irréprochable pour le vin et leur carte complétait chaque repas à la perfection. Lorsque nous n’étions pas à nous détendre dans notre chambre avec vue sur le jardin, ni à dîner de poissons fumés au sirop d'érable japonais, nous flânions dans les splendides quartiers entourant l’auberge, nous imprégnant de chaque once de culture kyotoïte.

Riley se réveille sur un lit en futon posé sur les tatamis. /
Après-midi de repos et de détente, à lire le dernier magazine Instants.
 
Nous voilà prêts pour notre petit déjeuner japonais traditionnel et notre thé vert matinal !
Touristes venus de Hong Kong quittant le Yasaka-jinja, le sanctuaire de Gion, vêtus de kimonos traditionnels. /
Lanternes en papier traditionnelles recouvrant un temple.
Au milieu d'une multitude de parapluies nous trouvons enfin du réconfort: Le Pavillon d’Or brille dans toute sa splendeur. /
Assise à l’extérieur du plus beau ryokan de Kyoto. Avec le Weekenders Coffee à côté, le marché de Nishiki deux rues plus loin et tous les autres quartiers accessibles à pied, nous ne pouvions pas rêver d’un meilleur emplacement.
 
Spécialité très appréciée au marché de Nishiki : des bébés poulpes farcis aux œufs de caille. /
Fruits de mer frais au marché de Nishiki.
 
Plaisir des sens au marché de Nishiki. /
Légumes marinés à la japonaise.
 
Les plus beaux érables japonais, comme ceux que l'on voit à Arashiyama. /
Agréable dîner Kaiseki au ryokan.
 
L’omniprésente glace à l'italienne en version japonaise. Parmi nos parfums préférés, crème sucrée et matcha.
 
La plus belle des présentations avec une attention précise accordée aux détails. /
Ce plat a été l'un des nombreux plats incroyables qui nous ont été servis lors de nos dîners Kaiseki.
 
Articles connexes dans notre magazine
Burg-Schwarzenstein, | une maison d’hier et d’aujourd’hui
Burg-Schwarzenstein,
une maison d’hier et d’aujourd’hui
Cliquez ici pour lire
Château de Bagnols, |en charme et majesté
Château de Bagnols,
en charme et majesté
Cliquez ici pour lire