Un voyage en Italie locavore

Vous connaissez la pomme de terre de Godia ? Et les herbes aromatiques qui poussent sur les rochers de la côte amalfitaine ? Vous imaginez un jardin potager sur l’île mythique de Capri ? Et oui, l’Italie regorge désormais de locavores éclairés qui changent le paysage traditionnel de la botte.

Un voyage en Italie locavore

Vous connaissez la pomme de terre de Godia ? Et les herbes aromatiques qui poussent sur les rochers de la côte amalfitaine ? Vous imaginez un jardin potager sur l’île mythique de Capri ? Et oui, l’Italie regorge désormais de locavores éclairés qui changent le paysage traditionnel de la botte.

Au fond, on garde encore cette image séculaire, largement d’origine napolitaine, d’une Italie éternelle qui reste pour chacun la patrie de la tomate-mozzarella. Un documentaire récent d’une chaîne de télévision française était d’ailleurs intitulé : « Mozzarella, le business de l’or blanc », c’est dire la puissance de feu d’un produit qui en quinze ans a envahi la planète. Et puis bien sûr les pâtes, sous toutes leurs formes et à toutes les sauces, 200 variétés officiellement répertoriées, excusez du peu ! Et enfin, évidemment, toujours venue de Naples, la Pizza.

La deuxième image qui fait notamment les beaux jours des centres Eataly qui essaiment le monde, de Rome à New-York et bientôt à Paris, c’est la puissance des marques italiennes. Lavazza, Illy, Barilla ou Ferrero véhiculent cette Italie-monde, pays incontesté des produits goûteux de qualité.

Alors, quand on a tout ça en magasin, on pourrait très facilement se reposer pour quelques siècles encore à juste changer les logos pour coller aux tendances. Mais non, les italiens ne sont pas comme ça et les jeunes générations entendent bien faire fructifier leur terre et la mettre en valeur à travers d’autres produits locaux. Y compris dans les lieux les plus mythiques comme à Capri où normalement tout arrive par bateau du continent. Ainsi, découvrir l’hectare et demi du potager de Caesar Augustus que le Chef Eduardo Vuolo dévore chaque matin des yeux avant de préparer ses plats, c’est comprendre que le choix ici n’est pas de faire régional, mais ultra local. Devise du chef ? « Ne jamais être en-deçà de vos rêves ». Programme ambitieux mais objectif clair !

Et les locavores italiens se développent désormais tous azimuts. À l’instar de Alois Vanlangenaeker, chef à l'hôtel Il San Pietro di Positano, qui chaque matin se transforme en cabri pour arpenter les rochers de la côte amalfitaine à cueillir dans son jardin bio des herbes aromatiques, des légumes et des fruits. Lui aussi ne s’accommode que du local, du poisson fourni par les pêcheurs du village voisin à l’huile d’olive produite avec les olives du jardin de la maison.

Trop au sud pour vous ? Pas d’inquiétude, les locavores sont partout ! Côté Frioul-Vénétie Julienne par exemple, le restaurant Agli Amici dal 1887 qui profite d’un environnement exceptionnel de par sa situation géographique entre les Alpes et la côte méditerranéenne aurait tort d’aller chercher l’excellence très loin. Et comme en plus le Chef Emanuele Scarello est un enfant du pays, il peut vous faire découvrir des trésors que vous ne dégusterez nulle part ailleurs.

Comme par exemple la pomme de terre de Godia, du nom d’un micro village dont la production ne franchira jamais aucune frontière mais qui vous donne une pomme de terre d’une rare finesse, qu’Emanuele utilise pour faire un plat de nouveau séculaire que nous aurions tort d’oublier dans la liste : les gnocchis. Tenu par la Famille Scarello depuis 1887, le restaurant tire aussi parti de son héritage familial, tout en se transformant.

C’est ainsi que les locavores peuvent travailler d’autres saveurs, changer des techniques, modifier des recettes ancestrales, sans rien trahir de leur terroir, tout en étant dans la modernité.

Articles connexes dans notre magazine
Évelyne Debourg, l’éducation |au goût des enfants par la cantine
Évelyne Debourg, l’éducation
au goût des enfants par la cantine
Cliquez ici pour lire
Des pochettes | pour commencer le voyage
Des pochettes
pour commencer le voyage
Cliquez ici pour lire