Publié le 11/09/2017

L’Art de la Gastónomy

Le chef péruvien Gastón Acurio est un homme aux multiples facettes. Il n’est pas seulement derrière Astrid y Gastón, le restaurant qui a ouvert la voie à la cuisine péruvienne partout dans le monde. Son identité plurielle justifie à elle seule la création d’une nouvelle catégorie.

L’Art de la Gastónomy

Gastón Acurio est le chef qui a fait découvrir les saveurs du Pérou au monde, avec 44 restaurants présents dans 13 pays.

Le chef péruvien Gastón Acurio est un homme aux multiples facettes. Il n’est pas seulement derrière Astrid y Gastón, le restaurant qui a ouvert la voie à la cuisine péruvienne partout dans le monde. Son identité plurielle justifie à elle seule la création d’une nouvelle catégorie.

4 QUESTIONS A GASTÓN ACURIO

Vous parlez souvent d’aider les gens autour de vous par le biais de la cuisine. Comment vous y prenez-vous ?

On n’est qu’au tout début de ce processus. Nous soutenons, par exemple, Pachacútec, une école pour les enfants défavorisés de Lima. Il y a quelques années, celle-ci a été distinguée par le magazine Monocle comme l’école qui a le plus réduit les inégalités sociales au monde. Nous travaillons aussi avec des fermiers locaux pour promouvoir leurs produits et des pêcheurs locaux pour les aider à valoriser leurs produits de la mer grâce à la pêche durable.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos projets et espoirs concernant votre nouvelle université de gastronomie ?

Elle est actuellement en travaux et ouvrira début 2017. Ce sera un lieu où les professeurs et les étudiants du monde entier pourront venir enseigner et apprendre comment devenir des leaders dans le secteur de la gastronomie. Les étudiants apprendront les arts, les sciences, et les sciences humaines et sociales. Ils iront sur le terrain, pour mieux comprendre les gens, les différents types d’environnements et les défis à relever, et ils apprendront concrètement comment on devient un véritable créateur culinaire. Au bout d’un cycle de 5 ans, ils seront prêts à poursuivre leurs rêves et à développer des projets porteurs.

Depuis l’ouverture du premier Astrid y Gastón en 1994, qu’est-ce qui vous a surpris le plus pendant que vous étiez occupé à faire connaître la cuisine péruvienne ?

J’ai été surpris de voir à quel point notre rêve de voir la cuisine péruvienne s’imposer mondialement s’est rapidement réalisé. Nous avions oublié que, dans ce monde connecté et ouvert à la diversité, tout le monde veut découvrir des nouveautés. Désormais, toutes sortes de restaurants péruviens ouvrent chaque jour. Le mois prochain, à Paris, avenue Montaigne, nous ouvrons Manko, une enseigne péruvienne, à la fois restaurant, bar à tapas et cabaret.

Comment vos « fast-foods gourmets » peuvent-ils contribuer à rassembler les gens ?

Dans le passé, nous les chefs, avions coutume de dire que les fast foods n’étaient pas faits pour nous, parce que c’était l’inverse de ce qu’on faisait et défendait : c’est-à-dire choisir des ingrédients locaux, cuisiner au quotidien de façon artisanale. Mais maintenant les gens veulent pouvoir manger notre cuisine partout. Comment pouvons-nous encore réserver nos talents aux seules personnes qui en ont les moyens ? Il est temps pour nous de mettre de côté l’égo et la vanité, de mettre le pouvoir de la cuisine au profit de la qualité de vie du plus grand nombre.*

*Retrouvez les fast-foods d’inspiration péruvienne de Gastón sous les enseignes de ses restaurants : Madam Tusan, Chi Cha, Pasquale Hermanos, T’anta, La Mar and Panchita. Fidèle à son habitude, Gastón compte en ouvrir bien d’autres prochainement.

Articles connexes dans notre magazine
Évelyne Debourg, l’éducation |au goût des enfants par la cantine
Évelyne Debourg, l’éducation
au goût des enfants par la cantine
Cliquez ici pour lire
Des pochettes | pour commencer le voyage
Des pochettes
pour commencer le voyage
Cliquez ici pour lire