L’art de recevoir

Pour démarrer l’année comme il se doit, l’ouvrage The Art of Entertaining, récemment publié par Relais & Châteaux Amérique du Nord, célèbre les petites et grandes merveilles de la vie. Il présente les divers ingrédients qui font le succès des fêtes organisées dans les propriétés Relais & Châteaux.

L’art de recevoir

Pour démarrer l’année comme il se doit, l’ouvrage The Art of Entertaining, récemment publié par Relais & Châteaux Amérique du Nord, célèbre les petites et grandes merveilles de la vie. Il présente les divers ingrédients qui font le succès des fêtes organisées dans les propriétés Relais & Châteaux.

J’ai découvert le plaisir au travers de l’œuvre d’Henry Miller. Je parle ici de son engagement absolu à profiter de la vie, à ne pas en perdre une miette. La façon dont il parlait de la vie dans ses textes, la façon dont il vivait chaque seconde, chaque instant de sa vie comme si celle-ci n’était destinée qu’à être croquée à pleines dents : tout ceci était pour moi l’incarnation même de la joie de vivre. 

« Le but de la vie est de vivre, et vivre signifie être conscient, joyeux, farfelu, serein et divinement conscient. » Henry Miller

Henry Valentine Miller avait sa propre idée sur la façon de recevoir et elle n’était pas toujours du goût de tout le monde, mais les possibilités sont infinies. The Art of Entertaining en présente quelques-unes qui, tout à tour, font écho à la nature de l’endroit, parlent de saison ou suivent les traditions locales.
 

Table garnie pour une reception Relais & Châteaux


Des pages riches en descriptions et magnifiquement illustrées, dans lesquelles on trouve notamment une soirée Gatsby Le Magnifique à Glenmere Mansion, une ode aux sens au Homestead Inn, un dîner des vendanges à Meadowood Napa Valley, un dîner en extérieur à la lumière des lampions au Planters Inn, un brunch méridional au Fearrington House Inn, un dîner Smokey Mountains à Blackberry Farm, une soirée Halloween au Inn at Little Washington, une célébration de l’automne au Manoir Hovey, une aventure dans la nature au Ranch at Rock Creek et un réveillon du Nouvel An à Blantyre.

Recevoir (v. tr.) : Admettre chez soi des amis, des relations, donner une réception. 
Synonymes : Accueillir, festoyer, offrir l’hospitalité, inviter

Si l’auteur américain m’a initiée à la poursuite du plaisir, The Art of Entertaining illustre cette philosophie de manière très concrète. Pour l’hôte qui sommeille en vous, voici dix leçons tirées de ce petit précis à destination des amoureux de la fête :
 

1. « Les petits détails font toute la différence »
 

Comme le dit très justement Justin Melnick, le chef du Charlotte Inn, propriété située à Edgartown, sur l’île Martha’s Vineyard.


2. Priorité n°1 : s’amuser !


« Nos évènements ont du succès parce que que nous les mettons en scène » explique John Kolesar, chef à Ocean House. « Les hôtes adorent le spectacle. » Ne sous-estimez donc pas le pouvoir des déguisements et inspirez-vous par exemple de la soirée Halloween organisée au Inn at Little Washington. Une autre idée : un bal masqué… Comme un auteur anonyme l’expliquait dans un magazine anglais du XVIIIème siècle « le bal masqué est l’un des divertissements les plus réjouissants qui fut jamais importé ; vous pouvez tendre l’oreille, observer, et faire ce que bon vous semble, et ce sans la moindre réserve. Et la liberté, la liberté, mon ami, vous le savez, est ce qu’il y a de plus cher à mon cœur. »
 

3. Adoptez l’état d’esprit des Fitzgerald 


Ils vitupéraient contre « l’ennui, l’uniformité, la prévisibilité », comme l’écrivait F. Scott Fitzgerald dans Gatsby le Magnifique, et organisez par exemple un dîner pour douze dans l’esprit de celui donné au Glenmere en hommage au roman. Alan Stenberg, le maître de maison de cette propriété, a la bonne philosophie : «  Si ça casse, ça casse. Les choses sont faites pour être utilisées. »
 

4. Le bon endroit…


Comme par exemple The Weekapaug Inn avec son air vivifiant et la nature luxuriante et sauvage qui l’entoure. « Elle vous enveloppe. Plutôt que de la dominer, vous êtes en son cœur » dit de cette dernière Mark Bullinger, naturaliste et guide au Weekapaug Inn. « Parfois, c’est un grand héron bleu qui passe au dessus du jardin. Dans la soirée, vous pouvez admirez le vol des aigrettes et le ballet des poissons dans l’étang. » Le lieu doit être accueillant au point que vos invités n’auront pas envie de partir comme c’est le cas au restaurant du Langdon Hall. « C’est drôle, » note le chef Jason Bangerter « les gens s’éternisent après le repas et si quelqu’un quitte sa chaise, c’est pour aller humer le parfum d’une fleur. Il n’est pas inhabituel que nos hôtes restent plus de trois heures à table. C’est comme un conte de fée, beau et mystérieux. »



5. …et le bon moment


Demandez-vous quelle est la saison ou le moment de la journée le plus adapté à la fête que vous avez en tête. Cela peut être la période des vendanges, célébrée par Meadowood dans la Napa Valley, ou bien le 4 juillet [NDLT : Jour de l’Indépendance, fête nationale des Etats-Unis], comme l’a fait Ocean House sur Rhode Island. À moins que vous ne préfériez le côté romantique d’une nuit étoilée ou la magie d’un coucher de soleil… « La vue depuis la terrasse lorsque le soleil se couche est tellement saisissante… » remarque Robert Curry, chef à l’Auberge du Soleil « les plats sont tout simplement plus délicieux dans un tel contexte. »


6. Les boissons sont aussi importantes que la nourriture


Misez sur les cocktails en vous inspirant des créations signature d’Esperanza à base de tequila 100% agave bleue, comme la Ginger Margarita alliant gingembre, jus de citron vert et nectar d’agave. Côté bulles, pourquoi ne pas opter pour du Dom Pérignon Rosé, le préféré de Kris Margerum, sommelier à l’Auberge du Soleil. Après tout, « le champagne est le seul vin que la femme peut boire en restant belle » disait la marquise de Pompadour.
 


7. Sachez apprendre de vos aînés


Recevoir est un art qui se passe de génération en génération et s’affine au fil du temps. Gonzalo Cerda, par exemple, chef à Esperanza, s’est initié à la cuisine mexicaine traditionnelle auprès de sa belle famille.


8. Un repas hors du commun doit solliciter tous les sens


Comme l’explique Theresa Henkelmann, maître de maison du Homestead Inn, épouse de Thomas Henkelmann, le chef de cette propriété située à Greenwich dans le Connecticut, et architecte d’intérieur : « Une salle impersonnelle, et c’est le supplément d’âme insufflé par le chef qui part en fumée. L’ambiance que nous créons pour nos hôtes doit être au niveau de la cuisine, la médiocrité n’est pas une option. »


9. Ne chassez pas vos invités


« Il doit y avoir un dénouement. Ça ne peut pas être dessert et puis au revoir. Ce n’est pas mon style. »  explique Theresa. Concluez la soirée autour d’un digestif tel qu’un cognac rare ou un vieux whisky écossais accompagné d’un cigare sous la veranda.

 

10. Chaque fête doit être meilleure que la précédente


Et l’équipe d’Ocean House l’a très bien compris : « Je ne sais pas comment nous allons faire mieux que l’an dernier, mais nous allons nous démener comme des diables pour nous dépasser encore une fois. »

Articles connexes dans notre magazine
Le Tour de France en |10 étapes culinaires
Le Tour de France en
10 étapes culinaires
Cliquez ici pour lire
10 manières de se dire « oui » | comme au cinéma
10 manières de se dire « oui »
comme au cinéma
Cliquez ici pour lire