La Grenouillère

On dit qu’il faut entendre ou lire une information trois fois avant que notre cerveau ne l’enregistre. Pourtant, quand deux amis chefs, par ailleurs très exigeants, me recommandent un restaurant, l’information s’imprime immédiatement. En tête de liste, soulignée et en gras.

La Grenouillère

On dit qu’il faut entendre ou lire une information trois fois avant que notre cerveau ne l’enregistre. Pourtant, quand deux amis chefs, par ailleurs très exigeants, me recommandent un restaurant, l’information s’imprime immédiatement. En tête de liste, soulignée et en gras.

La Grenouillère, le restaurant étoilé et hôtel du chef Alexandre Gauthier à la Madeleine-sous-Montreuil, a dépassé toutes mes attentes. Gauthier a grandi ici et sa connexion au lieu est palpable dans chaque détail, qu’il soit comestible ou esthétique.

Restaurant La Grenouillère - Alexandre Gauthier
©Damien Lafargue

Nous commençons dans la vieille taverne aux plafonds bas qui accueillit la première Grenouillère, celle dirigée par le père du chef ; des grenouilles en céramique y ornent rebords de fenêtre et manteau de cheminée. Champagne et amuse-bouches tous plus délicieux les uns que les autres - brochettes de foie de morue et radis, œufs de caille enrobés d’herbes et présentés dans un nid d’algues locales, chips de tapioca au carrelet - donnent le ton. Puis nous sommes conduits vers une salle adjacente au bâtiment centenaire, chapiteau métallique au décor contemporain réalisé par l’architecte Patrick Bouchain, où chaque objet - des porte-couteaux et assiettes en céramique faites main aux élégantes tables et chaises en cuir naturel - témoigne de l’esthétique précise de Gauthier.

©Damien Lafargue

Ses plats inventifs parlent de la mer toute proche : la salade de guimauve moelleuse (faite maison et à peine sucrée) accompagnée de concombre, cresson et vinaigrette d’entrailles de poissons est saisissante et géniale. Son goût pour les accords inattendus fait mouche également avec l’association langoustine, pastèque et riche bouillon aromatique parsemé de perles d’huile pimentée infusée de langoustine.

©Damien Lafargue

Si l’inspiration marine est le point de départ, la cuisine dans son ensemble est éclatante : brocoli grillé et œufs de muge ; magret de canard juste saisi, gnocchis et roquette à peine revenue ; sans oublier un ravioli audacieux et sensuel dont la garniture de purée d’artichaut et beurre liquide infusé à la vanille explose en bouche.

©Damien Lafargue

Après le déjeuner, Alexandre nous guide à travers les jardins délicieusement indomptés où plantes et fleurs sauvages bordent des allées plus travaillées. Cette juxtaposition de force sauvage de la nature et de dextérité créatrice de l’homme s’inscrit dans la continuité des thèmes de sa cuisine, mariage étonnant de saveurs et produits locaux. 

©Relais & Châteaux

Des allées sinueuses mènent à des huttes, chambres d’hôtel indépendantes modestes de l’extérieur mais sexy et modernes à l’intérieur. Ici encore, l’amour de Gauthier pour la nature et son œil aiguisé au design transparaissent dans chaque objet. Equidistant de Londres et Paris, encore plus proche de la Belgique, ce havre frenchy est un monde à part entière dans lequel la nature est célébrée et notre faim, assouvie.

©Relais & Châteaux