Fermer fermer
Relais & Châteaux, c’est un monde en soi, un monde à nul autre pareil. Un monde accueillant, chaleureux, gourmet, où l’exigence de haute qualité partagée par nos hôtes se conjugue à leur passion pour leur établissement et pour le terroir qui l’accueille.
Fermer fermer
L’art d’offrir Relais & Châteaux grâce à nos coffrets et chèques cadeaux CRÉATION. Pour un week-end enchanteur dans un décor d’exception, un séjour coupé du monde, ou un dîner gastronomique à la table de l’un de nos Grands Chefs, plus de 300 maisons Relais & Châteaux accueillent ceux que vous avez choisi de combler, pour une expérience inoubliable.

Bénéficiaire d'un cadeau CRÉATION ? Bénéficiaire d'un forfait LYS ?

Fermer fermer
Découvrez un véritable tour du monde de la collection des Relais & Châteaux. Quelle que soit l’occasion, quelle que soit la durée de votre séjour, chaque établissement vous proposera le meilleur de sa culture et de son terroir.





Notre chaîne TV
Consultez nos vidéos thématiques
 
 
Fermer fermer
Vivre une expérience Relais & Châteaux, c’est vivre de nouvelles sensations. Chacun de nos établissements offre d’explorer une palette sensitive incomparable, où la beauté d’un lieu, la chaleur d’un accueil et la qualité d’une table se conjuguent à la perfection. Parfums et saveurs, paysages et couleurs font de chaque séjours une moment rare et intense
Fermer fermer
Découvrez l’excellence de la gastronomie proposée dans nos établissements : Classique ou contemporaine, elle est toujours inventive et surprenante. Une créativité célébrée dans le monde entier, puisque nos Grands Chefs figurent parmi l’élite de la gastronomie mondiale.

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami

The Inn at Little Washington.

Restaurant d'un Grand Chef Relais & Châteaux et hôtel à la campagne. Etats-Unis,Washington

Patrick O’Connell

Chef
The Inn at Little Washington Washington 22747

J’ai passé les cinq premières années de ma vie du mauvais côté à Washington D.C. jusqu’à ce que ma famille déménage dans le sud du Maryland : routes sales, petites fermes et grands magasins. Cela a tellement changé depuis. J’ai obtenu mon premier travail de cuisinier chez Mister H hamburgers. J’ai frappé à sa porte et il m’a demandé : « Qu’est-ce que tu peux bien savoir faire toi ? Sais-tu faire une soupe minestrone ? ». C’était un vieux de la vieille : un mordu de cuisine. L’été suivant, à l’âge de 15 ans, je suis revenu et il m’a dit que je devais travailler dans un meilleur endroit. C’est ainsi qu’un ami m’a présenté à un restaurant avec nappes en Virginie. Et bientôt, après avoir obtenu un diplôme de théâtre de l’université catholique, j’ai tourné autour des gens et d’une culture liés à la restauration. C’était comme si le reste du monde, par comparaison, était en noir et blanc, et ennuyeux.

Les clients rechargent mes batteries, c’est assez singulier. Il suffit qu’une personne fasse une commentaire avisé et touchant pour que je sois totalement revitalisé. Il suffit que quelqu’un reconnaisse que je fais ce que je fais par amour, que ce n’est pas une transaction financière. Une femme m’a dit un jour : « J’espère que vous n’allez pas être vexé, mais dès que l’on passe votre porte, on se rend compte que tout cela n’a rien à voir avec l’argent. »


Quelle a été votre plus grande émotion gastronomique ?
Probablement le plat fétiche de ma mère Gwen : « La petite Nancy Etticoat dans son petticoat blanc ». Il illustre bien l’esprit culinaire de cette époque : une banane dressée entourée de rondelles d’ananas Dole, d’une chiffonnade de laitue iceberg et coiffée d’une bonne cuillérée de mayonnaise Hellman et d’une cerise au marasquin.

L'incident de cuisine le plus amusant que vous ayez connu ?
La fois où l’une de mes employées, Debbie, a rempli toute une réserve et un réfrigérateur de trop de myrtilles. Elle venait de sortir de la cuisine lorsque j’ai entendu un fracas et un gémissement. Debbie avait ouvert le réfrigérateur et il était tombé et elle s’est retrouvée sous toutes ces myrtilles. Lorsque je l’ai dégagée, elle était recouverte de noir et de bleu. Les myrtilles l’avaient protégée. Nous l’avons lavée au jet d’eau et plus tard, nous avons fait un poussin au vinaigre de myrtille, qui est devenu un classique. C’est un bon exemple de la façon de transformer un déboire en chance.

Votre meilleur conseil pour les cuisiniers du dimanche ?
La maîtrise. Tout ce que vous avez besoin de faire dans la vie, c’est de maîtriser quelque chose. Par conséquent, choisissez un menu : une entrée, un plat principal et un dessert, et réalisez-le tous les dimanches pendant neuf ans, jusqu’à ce qu’il soit parfait.


Hôtel
Choisissez une date



Centrale de réservations (Etats-Unis)

1 800 735 2478

Appeler d'un autre pays ? Cliquez ici