Fermer fermer
Relais & Châteaux, c’est un monde en soi, un monde à nul autre pareil. Un monde accueillant, chaleureux, gourmet, où l’exigence de haute qualité partagée par nos hôtes se conjugue à leur passion pour leur établissement et pour le terroir qui l’accueille.
Fermer fermer
L’art d’offrir Relais & Châteaux grâce à nos coffrets et chèques cadeaux CRÉATION. Pour un week-end enchanteur dans un décor d’exception, un séjour coupé du monde, ou un dîner gastronomique à la table de l’un de nos Grands Chefs, plus de 300 maisons Relais & Châteaux accueillent ceux que vous avez choisi de combler, pour une expérience inoubliable.

Bénéficiaire d'un cadeau CRÉATION ? Bénéficiaire d'un forfait LYS ?

Fermer fermer
Découvrez un véritable tour du monde de la collection des Relais & Châteaux. Quelle que soit l’occasion, quelle que soit la durée de votre séjour, chaque établissement vous proposera le meilleur de sa culture et de son terroir.





Notre chaîne TV
Consultez nos vidéos thématiques
 
 
Fermer fermer
Vivre une expérience Relais & Châteaux, c’est vivre de nouvelles sensations. Chacun de nos établissements offre d’explorer une palette sensitive incomparable, où la beauté d’un lieu, la chaleur d’un accueil et la qualité d’une table se conjuguent à la perfection. Parfums et saveurs, paysages et couleurs font de chaque séjours une moment rare et intense
Fermer fermer
Découvrez l’excellence de la gastronomie proposée dans nos établissements : Classique ou contemporaine, elle est toujours inventive et surprenante. Une créativité célébrée dans le monde entier, puisque nos Grands Chefs figurent parmi l’élite de la gastronomie mondiale.

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami

Patina.

Restaurant d'un Grand Chef Relais & Châteaux en ville. Etats-Unis,Los Angeles

Joachim Splichal

Chef
Patina Los Angeles 90012

J’ai grandi dans le métier. Mes parents avaient un petit hôtel et une boucherie en Allemagne dans un endroit qui s’appelait Spaichingen, qui se trouve à environ quatre-vingt kilomètres au nord de la frontière suisse. J’ai aidé très jeune : je mettais la table, je me chargeais des bagages des clients, toutes sortes de petites choses. Ensuite, je suis allé à l’école hôtelière. À un moment, j’ai envisagé de devenir directeur, mais je me suis rapidement rendu compte que je n’aimais pas cela et je me suis tourné vers la cuisine, bien qu’à ce moment-là, je n’avais pas de formation culinaire officielle.

Je lis beaucoup de choses sur la cuisine : différents magazines, des livres du monde entier. Comme je vis à San Marino, je me rends aussi très souvent à des marchés de produits fermiers : à Pasadena ou Alhambra par exemple. Pendant quatre-vingt pour cent de l’année, je peux obtenir les mêmes produits : fruits, légumes.


Quelle a été votre plus grande émotion gastronomique ?
Pour moi, c’est en étant dans ma maison à Biarritz dans le sud-ouest de la France. Ce que j’aime tout particulièrement, ce sont des expériences comme celles-ci : un berger descendant de la montagne pour apporter un agneau de lait. Je le rôtirai tout doucement pendant cinq heures et le dégusterai avec de gros haricots blancs et un peu d’ail. Ma maison là-bas est dans une petite ville qui a huit petites maisons rouges et blanches, dans le Pays Basque à proximité des Pyrénées. Manger dans cet environnement, c’est merveilleux : il s’en dégage une telle simplicité ! C’est particulièrement appréciable après avoir travaillé dans un restaurant raffiné.

L'incident de cuisine le plus amusant que vous ayez connu ?
Il y a près de vingt ans, nous étions en train de préparer un dîner VIP au Patina. J’avais engagé le fils d’un ami proche qui envisageait de travailler dans la restauration pour travailler avec nous lors de ce dîner important. Il était très inexpérimenté, et je l’ai donc chargé de recouvrir la crème brûlée de sucre et de la caraméliser au chalumeau pour le service. Nous lui avions montré tout le procédé et pensions qu’il allait bien se débrouiller. Alors nous commencions à servir les entrées, et j’ai goûté l’une des crèmes brûlées qu’il avait préparées. J’ai examiné le plat et j’ai pensé qu’il y avait quelque chose qui clochait. Je me suis alors presque étranglé à la première bouchée parce que c’était un mélange de sel et de sucre ! J’aurais voulu me virer sur le champ pour ne pas avoir contrôlé avant ce qu’il faisait et les desserts. Heureusement, nous avons préparé en vitesse un nouveau dessert que nous avons servi à la place. Je suis content de pouvoir dire que certains des convives ayant participé à cette soirée sont toujours de fidèles clients du Patina aujourd’hui.

Votre meilleur conseil pour les cuisiniers du dimanche ?
Commencez le dimanche matin. Rendez-vous à des marchés de produits fermiers et achetez les meilleurs produits. Préparez un repas très très simple. Ne compliquez pas les choses !


Restaurant

Obtenez les disponibilités en ligne pour un dîner ou un déjeuner

Réservez votre table