Fermer fermer
Relais & Châteaux, c’est un monde en soi, un monde à nul autre pareil. Un monde accueillant, chaleureux, gourmet, où l’exigence de haute qualité partagée par nos hôtes se conjugue à leur passion pour leur établissement et pour le terroir qui l’accueille.
Fermer fermer
L’art d’offrir Relais & Châteaux grâce à nos coffrets et chèques cadeaux CRÉATION. Pour un week-end enchanteur dans un décor d’exception, un séjour coupé du monde, ou un dîner gastronomique à la table de l’un de nos Grands Chefs, plus de 300 maisons Relais & Châteaux accueillent ceux que vous avez choisi de combler, pour une expérience inoubliable.

Bénéficiaire d'un cadeau CRÉATION ? Bénéficiaire d'un forfait LYS ?

Fermer fermer
Découvrez un véritable tour du monde de la collection des Relais & Châteaux. Quelle que soit l’occasion, quelle que soit la durée de votre séjour, chaque établissement vous proposera le meilleur de sa culture et de son terroir.





Notre chaîne TV
Consultez nos vidéos thématiques
 
 
Fermer fermer
Vivre une expérience Relais & Châteaux, c’est vivre de nouvelles sensations. Chacun de nos établissements offre d’explorer une palette sensitive incomparable, où la beauté d’un lieu, la chaleur d’un accueil et la qualité d’une table se conjuguent à la perfection. Parfums et saveurs, paysages et couleurs font de chaque séjours une moment rare et intense
Fermer fermer
Découvrez l’excellence de la gastronomie proposée dans nos établissements : Classique ou contemporaine, elle est toujours inventive et surprenante. Une créativité célébrée dans le monde entier, puisque nos Grands Chefs figurent parmi l’élite de la gastronomie mondiale.

Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami

Le Petit Nice-Passédat.

Restaurant d'un Grand Chef Relais & Châteaux et hôtel en bord de mer. France,Marseille

Gérald Passédat

Chef
Le Petit Nice-Passédat Marseille 13007

Mon grand-père, Germain Passédat achète la Villa Corinthe en 1917, aussitôt rebaptisée le Petit Nice. Ma grand-mère, Lucie, chanteuse d’opéra devenue muse de Louis Lumière, transmet à mon père, Jean-Paul, puis à moi le goût du beau, le sens du rythme, l’amour de la chose bien faite.

Après un parcours à l’école hôtelière, au Coq Hardi de Bougival, au Bristol, puis au Crillon à Paris, dix-huit mois chez Troisgros, enfin un an chez Michel Guérard, je rejoins mon père en 1984, reprenant peu à peu les rennes du Petit Nice. Toujours rebelle et passionné.

J’ai pris pleinement conscience de mon amour pour la Méditerranée. Ma voie culinaire ? Je cherchais ailleurs ce que j’avais devant les yeux comme une évidence : poissons oubliés, pêchés là, pas plus loin que l’horizon. Profondeurs abyssales, quelques légumes mûris en Provence, peu d’herbes. Le respect amoureux du naturel et la simplicité du geste, pour offrir ce délicieux sentiment d’immersion dans la Méditerranée.


Quelle a été votre plus grande émotion gastronomique ?
Une nage de crustacés chez Chapel avec mes parents en 1975.
Et, en 1980, la sauce au fleurie de Jean Troisgros légèrement corsée à l’anchois. Une révélation des accords non autorisés jusqu’ici.

L'incident de cuisine le plus amusant que vous ayez connu ?
En 1983 avec toute une équipe de cuisiniers – Jean-Michel Lorain, Christophe Cussac, Michel Troisgros - j’ai exécuté, en direct, sur une grande chaîne américaine, une soupe de fruits rouges en croûte. Lors de l’envoi, j’ai fait brûler la croûte en direct, il y a eu une flamme de 30 cm ! J’étais focalisé sur mon anglais, au détriment de la recette. Puis j’en ai sorti une d’un tiroir, déjà terminée. Tout le monde a été pris d’un fou rire. Un très beau souvenir !

Votre meilleur conseil pour les cuisiniers du dimanche ?
Suivez votre instinct au marché et réalisez vos envies en famille. Que ce partage de la cuisine soit une fête.


Hôtel
Choisissez une date



Centrale de réservations (Etats-Unis)

1 800 735 2478

Appeler d'un autre pays ? Cliquez ici